2 octobre 2013 – Procès Jackson / AEG – Délibérations et Verdict.

Délibération et verdict au procès.

Le jury s’est donc retranché derrière des portes closes pour une première journée complète de délibération.
Les jurés ont entendu des témoignages pendant 80 jours avant de débattre et de rendre leur verdict. Grâce aux documents fournis par le tribunal, ils ont pu révéler leurs priorités. Ils ont choisi le juré n° 6 pour être leur président. C’est un professeur d’éducation physique dans un lycée, qui vit au centre de Los Angeles et il est marié.
Lors de cette première journée de délibération, les jurés ont demandé qu’on leur donne deux éléments de preuves:
– le contrat du Dr Conrad Murray
– une copie du DVD du documentaire « This Is It » qui témoigne de la période où selon les avocats de la famille, l’état de Jackson se détériorait.
« Ils vont le regarder pour vérifier ce que la défense leur a dit, à savoir que Michael Jackson avait fait une bonne performance et qu’il allait bien, juste avant sa mort. » a dit l’analyste juridique Barry Edwards.
Brian Panish, l’avocat des Jackson, a demandé aux jurés lors de son réquisition et sa plaidoirie de clôture de rejeter le documentaire des pièces à conviction étant donné qu’il avait été produit par AEG live, et qu’il montrait donc Michael Jackson sous son meilleur jour.

Quant au contrat de Murray, il sera la pièce maîtresse qui permettra d’argumenter sur la réponse à la première question du formulaire de verdict: le Dr Conrad Murray a-t-il été engagé par AEG Live ?
En ce qui concernant le président du jury, quelques fans de Jackson ont eu des questions à son sujet. Deux d’entre eux ont écrit des lettres pour se plaindre à la juge, qui a ensuite soumises celles-ci comme preuves. Les fans ont déclaré que ce juré avait des contacts visuels perceptibles avec une avocate de AEG live. Les fans ont interprété ce contact visuel comme un flirt mais la juge a dit que ce n’était pas le cas.
« La juge n’a pas donné suite à cette plainte et je ne pense pas qu’il faille y accorder tant d’importance. » a dit Barry Edwards.
Les jurés qui donneront un verdict sont les suivants :
– Juré n° 1: une femme blanche, employée de banque, vivant à Los Angeles.
– Juré n° 2: une femme, infirmière au triage.
– Juré n° 3: un chef d’une entreprise d’impression de t-shirts de l’ouest de Los Angeles.
– Juré n °4: une femme d’origine hispanique, qui travaille au service des consommateurs chez AT&T.
– Juré n° 5: une femme, ingénieur de logiciel chez JPL, à Highland Park.
– Juré n° 6: un homme blanc, professeur d’éducation physique dans un lycée.
– Juré n° 7: une femme noire, coordinatrice de recherches cliniques à l’UCLA, de Westchester.
– Juré n° 8: un homme asiatique, travaillant pour Baxter Health Care.
– Juré n° 9: un ingénieur civil à la retraite.
– Juré n° 10: un homme noir métallurgiste à la retraite.
– Juré n°11: une femme noire retraitée de la recherche contre le cancer à l’UCLA.
– Juré n°12: un homme, employé chez DWP, à Los Angeles.
Barry Edwards a dit que c’était un groupe instruit et attentif.
« Certainement, ils ont pris beaucoup de notes et ils ont écouté les témoignages assez attentivement, et je pense que c’est important pour les deux camps. » a dit Barry Edwards.
Le jury a eu une journée de congé lundi. Ils ont repris les délibérations mardi.
Une décision par un «non» à la première des 16 questions sur leur formulaire de verdict : «Le Dr Murray a-t-il été engagé par AEG Live ? » met fin immédiatement au procès sans la nécessité pour le jury d’examiner les 15 questions restantes qui concernent la négligence et dommages et intérêts.
Le Verdict : 3 octobre 2013.
Katherine Jackson était présente, elle était assise aux côtés de son neveu, Trent Jackson, pour la lecture du verdict.
Il n’aura fallu que 10 minutes au jury pour donner le verdict et ceci après 90 jours de procès et 4 jours de délibérations pour un total de 13 heures et 44 minutes.
A la question n° 1 du formulaire du verdict : « Pensez-vous qu’AEG live a engagé le Dr Murray ?», le jury a répondu « OUI ».
A la question n° 2 du formulaire du verdict : « Le Dr Murray était-il incapable ou incompétent pour effectuer le travail pour lequel il a été engagé ? », le jury a répondu « NON ».
Une fois qu’ils en sont venus à cette conclusion, il n’était pas nécessaire de répondre aux 14 questions restantes. Leur travail était terminé.
C’est cette dernière réponse qui a mis fin aux délibérations en excluant de fait toute responsabilité de la part d’AEG live et qui a permis à AEG live de gagner ce procès.
Katherine Jackson n’a manifesté aucune réaction lors de la lecture du verdict et elle n’a fait aucune déclaration.

« Nous sommes déçus par le verdict mais nous respectons le système du jury. » a déclaré l’avocat des Jackson à la sortie du tribunal.
« La décision du jury innocente entièrement AEG Live et confirme ce que nous savions depuis le début : bien que la mort de Michael Jackson ait été une tragédie, cette tragédie n’a pas été causée par AEG live. » a déclaré l’avocat d’AEG, Marvin Putnam.
« Personne n’a gagné dans cette affaire, rien ne peut réparer la mort de Michael Jackson. » a ensuite déclaré Marvin Putnam.

Il a également assuré qu’il n’avait jamais pensé négocier un accord avec les Jackson en dehors du tribunal, partant du principe qu’AEG live était innocent.
Les avocats de Katherine Jackson ont publié le communiqué suivant en son nom :
« AEG live a nié pendant des années, et continue de nier qu’ils ont engagé le Dr. Conrad Murray. Le jury a trouvé unanimement qu’AEG avait engagé le Dr. Murray.

AEG live a répété sans arrêt que ce procès était une extorsion de fonds.
Une telle déclaration est une gifle à la figure du système judiciaire tout entier qui a permis que cette affaire soit portée devant un jury.
Nous l’avons dit dès le début que cette affaire n’était qu’une recherche de la vérité. Nous avons trouvé la vérité. AEG live a engagé le Dr Conrad Murray, l’homme qui est en prison pour avoir tué Michael Jackson. Toutes les options pour contrer le verdict du jury vont être envisagées. »
Kevin Boyle, l’un des avocats de la famille Jackson, n’a pas exclu de faire appel.

« Nous ne sommes évidemment pas contents du résultat. Nous allons explorer toutes les options et prendrons une décision ultérieurement. » a-t-il dit devant le tribunal.
Dans un communiqué, le patron d’AEG Randy Phillips, l’un des témoins-clés du procès, a déclaré que, pour sa part, « Michael Jackson était un partenaire très créatif et un ami ».
« Nous avons perdu l’un des plus grands génies musicaux de la planète mais je suis soulagé et extrêmement reconnaissant que le jury ait reconnu que ni moi ni personne d’autre chez AEG n’avons joué un quelconque rôle dans la mort tragique de Michael. » a-t-il ajouté.
« Les producteurs ont eu la décence d’avoir le triomphe modeste, en regrettant la perte d’un grand artiste, voire d’un “ami”. Mais c’est oublié un peu vite leurs mails cyniques prouvant combien ils étaient pressés de faire remonter la star par tous les moyens sur scène pour récupérer leur mise. Deux mois après la mort du chanteur, un cadre d’AEG envoyait ces quelques mots à l’un de ses collègues : “La mort de Michael Jackson est une tragédie, mais la vie continue. AEG va engranger une fortune avec les ventes de produits dérivés, les tickets, l’exposition et le DVD du film ».
Le jury et AEG Live ont exprimé le même sentiment qu’il n’y avait pas de vrais gagnants dans cette affaire parce qu’il en découle la mort d’un grand artiste.
Déclaration de Greg Bardon, président du jury, lors de la conférence de presse après le verdict: « Nous, tous les jurés, avons pris une décision ensemble, et nous comprendrons que tout le monde ne sera d’accord avec la décision prise. Nous avons minutieusement analysé les témoignages, les milliers de documents et les conseils du tribunal durant ces cinq derniers mois. »

Greg Barden a assuré pour sa part que le jury ne « sortait pas du tribunal en pensant que la victoire était d’un côté ou de l’autre. C’était une situation tragique. C’est la mort de quelqu’un qui a fait que nous sommes là. » a-t-il dit.

« Conrad Murray a été engagé pour être un médecin généraliste. » a-t-il dit. « Nous avons pensé qu’il était compétent pour être un médecin généraliste, Conrad Murray avait une licence, il est diplômé d’une université accréditée. Cela ne signifie pas que nous pensions qu’il était éthique. Si le mot « éthique » avait été dans la question, puis il y aurait peut-être eu un résultat différent. » a-t-il ajouté.
« Tout le monde comprenait les ramifications… Conrad Murray, en fin de compte, était très contraire à l’éthique. » a déclaré Greg Barden.
Mais le juré n ° 9, Kevin Smith, a déclaré qu’il était évident que « AEG n’avait aucune idée de ce qui se passait derrière des portes closes. Si AEG live avait su ce qui se passait derrière ces portes closes, cela aurait fait une différence énorme, mais ce n’était pas le cas ». « Comment AEG live aurait-il pu faire quelque chose alors qu’on le laissait dans le flou ? » a jouté Kevin Smith.
Réactions des fans à la lecture du verdict :
Les fans du chanteur, qui ont patiemment écouté les centaines d’heures de débat, ne cachaient pas leur déception après le verdict.
Ils portaient des T-shirts pour exprimer leur amour pour le chanteur et leur soutien à Katherine Jackson. Un fan a même apporté un bouquet de roses rouges pour le donner à Katherine Jackson et à ses avocats.
Ainsi, lorsque la juge a annoncé mercredi que les jurés avaient décidé que AEG Live n’était pas responsable de la mort de Michael Jackson, ils ont non seulement été abasourdis mais ils étaient aussi en colère. Ils ne comprenaient pas comment un procès de cinq mois qui avait semblé faire exposer le promoteur de concerts comme peu soucieux du bien-être du chanteur pouvait finir de cette façon.
« Mon cœur est brisée. » a déclaré l’une d’entre eux. « C’était le plus grand artiste que nous ayons jamais eu, et ils l’ont traité comme ça. Les preuves étaient juste là.»
Lorsque l’avocat principal d’AEG live, Marvin Putnam, était devant toute la presse à la sortie du tribunal, on a pu entendre les fans crier « Michael Jackson, Michael Jackson ».
Latrendia White a dénoncé « un spectacle de clowns. Cela n’a aucun sens. C’est comme s’il n’y avait pas eu de vrai juge ni de vrai jury.» a-t-elle déclaré.
« Je suis déçue. » a affirmé pour sa part un autre fan « Conrad Murray a été engagé pour s’occuper de Michael et Michael est mort. Comment pouvez-vous être compétent quand votre patient meurt ? »
« AEG live et tous ces voyous ont regardé la santé de Michael Jackson se détériorer, comment peuvent-ils dire maintenant qu’ils ne savaient pas et qu’il n’y avait aucun problème avec Michael Jackson. Il s’est littéralement décomposé devant leurs yeux et ils disent n’avoir aucune responsabilité ! aucune ! » a dit une autre fan.
Réaction de Tom Mesereau au verdict :
Tom Mesereau s’est dit très surpris par le verdict. Il n’a jamais pensé que les jurés diraient que Conrad Murray était compétent en tant que médecin. Tom Mesereau a dit ressentir que Conrad Murray était très incompétent et il pensait qu’ils tiendraient AEG live pour responsable.
« De mon point de vue, cet homme (Conrad Murray) était complètement incompétent pour traiter les problèmes de sommeil que Michael Jackson avait clairement et, de ce fait, était incompétent et, à cause de ses actes d’incompétente, Michael Jackson est mort. »
Puis, il y a eu une question : « Y avait-il d’autres médecins responsables? » Il a été mentionné qu’AEG live avait dit avoir fait des recherches sur Conrad Murray, puis ne pas en avoir fait. Au sujet des accusations selon lesquelles la famille était avide et que Michael Jackson était responsable, Tom Mesereau a répondu en disant que le médecin n’était pas compétent parce qu’il n’avait pas de personnel pour l’aider ni l’équipement nécessaire pour protéger la vie de Michael Jackson.
Il a comparé cela à la mort d’Elvis et de Marilyn Monroe parce qu’il pense que certains médecins contournaient les règles pour être autour d’une célébrité.
Tom Mesereau a déclaré que Michael Jackson ne devait jamais être critiqué pour être différent ou excentrique. Il était l’une des plus aimables, des plus humbles personnes qu’il lui ait jamais été donné de rencontrer. Il déteste quand les gens sont négatifs parce qu’il dit que Michael Jackson était l’artiste le plus brillant dans l’entreprise du divertissement. Même Fred Astaire l’avait dit. Tom Mesereau s’est concentré sur l’éclat de Michael. Il a parlé ensuite de sa générosité. Tom Mesereau a essayé d’obtenir la sensation de la communauté et l’a jugée respectueuse de Michael. Tom Mesereau croyait qu’on allait donner un procès équitable à Michael Jackson.
Il voulait adopter des enfants de tous les continents, il acceptait toutes les religions. Sa musique a réuni des personnes. Il s’est interrogé sur Conrad Murray, s’il allait sortir et obtenir son permis d’exercer. L’avocat a dit qu’il avait eu ce qu’il méritait. Il est incompétent. Il n’a pas de remords et accuse Michael Jackson plutôt que de prendre la responsabilité. Il allait faire partie du plus grand retour de Michael Jackson et voyager avec lui. Il avait agi contrairement à l’éthique. Tom Mesereau pense qu’il aurait dû être accusé au 2e degré pour meurtre, mais il avait eu peur que s’il avait été accusé de cela, il (Murray) aurait obtenu la sympathie du jury. Tom Mesereau estime que Conrad Murray a été négligent, mais qu’il n’a jamais eu l’intention de tuer Michael Jackson. Il est tout simplement narcissique et tant qu’il n’accepte pas sa responsabilité, Tom Mesereau n’aura que du mépris pour lui. L’avocat n’était pas au procès, mais il y est allé pour la clôture, il était sur la liste des témoins, mais n’a pas été appelé. Brian Pansih a discuté avec Katherine Jackson et Rebbie Jackson après le verdict. Elle s’interroge sur les enfants. Il dit ne pas être en contact avec les enfants, mais les avoir vus dans l’année écoulée. Il a entendu dire qu’ils se portent bien et que Michael Jackson était un père merveilleux. A propos des finances de Michael Jackson, Tom Mesereau indique que la succession se porte très bien. L’Estate est extrêmement rentable. Michael était généreux envers tout le monde et les animaux. Il était très gentil et était un père, un ami, et un humanitaire. ( interview donnée à Beth Karas).
Réaction de Conrad Murray et de Valérie Wass, son avocat d’appel :

Conrad Murray purge son dernier mois d’incarcération, au terme d’une peine de 2 ans pour l’homicide involontaire de Michael Jackson. Sa sortie est officiellement fixée au 28 octobre.
Personne n’a semblé être plus surpris dans la salle d’audience que les avocats de Murray quand le verdict a été énoncé.

Valerie Wass, qui a assisté à une grosse partie du procès pour pouvoir faire un rapport à son client en prison, a laissé échapper un soupir très audible quand le huissier a lu « non » à la question « Conrad Murray était-il inapte ou incompétent pour accomplir le travail pour lequel il était engagé ? ».
Valerie Wass, a aussi déclaré qu’elle considérait le verdict comme une consécration pour son client.
Murray était « très, très ému » quand Valérie Wass lui a rendu visite en prison pour discuter du verdict mercredi soir, a-t-elle dit.
Le verdict du procès civil n’aura aucun impact sur l’appel de Murray, « mais dans l’opinion publique, c’est énorme. » a déclaré Valérie Wass .
« Si tout va bien il sera innocenté dans une certaine mesure. »
Murray, quant à lui, a accordé plusieurs interviews de la prison où il purge sa peine.
Le docteur Murray qui a été condamné pour la mort de Michael Jackson voit dans le verdict du jury dans le procès civil comme une « justice ».
« J’ai pleuré, parce que pour une fois, le monde entier a pu entendre certains des faits tels qu’ils étaient dans cette affaire, beaucoup des faits qui avaient été supprimés, beaucoup d’entre eux qui m’ont été refusés et que mes avocats n’ont pas pu présenter lors de mon procès criminel. »
Il a continué en qualifiant le procès que Katherine Jackson de « frivole ».
Il s’est décrit comme étant « soulagé ».

Cependant, ce verdict ne sera d’aucune aide pour l’appel interjeté par Murray.
Le président du jury a réfuté les propos de l’équipe juridique de Murray, qui disait que ce verdict était en faveur de son affaire à lui. Il a ajouté qu’il ne voudrait pas être soigné par Murray.
Ses licences médicales ont été suspendues après sa condamnation il y a deux ans, mais il pourrait les récupérer, a dit Valérie Wass. « Il a beaucoup de patients qui veulent vraiment qu’il revienne et qu’il pratique à nouveau .» a-t-elle dit. « Nous allons voir .» a-t-elle ajouté –elle.
Voici ce que Murray a déclaré à un journaliste :
« Tout d’abord, quand je sortirais de la prison, je veux pouvoir embrasser mes enfants. Je veux être en mesure de me réunir avec ma famille et mes amis intimes et tous les anges qui m’ont apporté leur soutien. Je vais recommencer ma vie et, si dieu le veut, je serai un modèle pour montrer au monde entier que malgré l’adversité, quand de mauvaises choses arrivent à de bonnes personnes, elles peuvent recommencer leur vie et réussir. »
Le président du jury a été choqué par l’hypothèse selon laquelle Murray était réhabilité par ce verdict.
« Absolument pas. » a dit Greg Barden . « Je ne vois pas ça comme une réhabilitation de Murray, et non, je ne l’engagerais pas pour être mon médecin. Ce n’est pas une réhabilitation. Encore une fois, tout était dans la formulation de la question.» a-t-il ajouté.
Le journaliste a demandé à Murray s’il se sentait réhabilité, il a répondu que le verdict lui montrait « qu’il faut s’en remettre à Dieu. Il faut juste savoir qu’il est là pour vous et qu’il rendra justice au bon moment ».
Commentaires personnels

 

Si seulement…
J’espère de tout cœur que la disparition de Michael aura quand même servie de leçon à cette industrie du divertissement si impitoyable envers ses artistes et que les fans d’autres artistes ne devront pas vivre cette tristesse que nous avons dû vivre et que je dois dire est ravivée avec ce verdict tellement incompréhensible pour moi… Espérons qu’à l’avenir, ils seront plus prévenant avec tous les artistes.
En conclusion, j’ai traduit un article que je trouvais intéressant.
Le verdict de Michael Jackson pourrait bouleverser le modèle du business du divertissement :

LOS ANGELES (Reuters) : Le procès pour homicide déposé par la famille de la défunte pop star, Michael Jackson, contre son promoteur de concerts est maintenant entre les mains d’un jury et le verdict pourrait avoir de profondes implications sur la manière dont l’industrie du divertissement fait des affaires avec ses plus grandes stars.
Ce procès de 21 semaines, qui a ouvert une fenêtre sur la vie privée et les derniers jours du Roi de la Pop, a mis au centre d’un procès non seulement le promoteur de concerts AEG Live, mais aussi un modèle de business des représentations live de l’industrie du divertissement, disent les analystes.
Après que les réquisitions et plaidoiries ont été conclus jeudi, le juge a envoyé le jury délibérer et un verdict est attendu soit la semaine prochaine, sinon plus tôt.
Si AEG live est jugé responsable, cela mettra en jeu des millions et des milliards de dollars et qui sera à l’origine du fait que l’industrie doit repenser la manière dont la structure est mise en place, a déclaré Jo Piazza, l’auteur de « Celebrity, Inc. » et un consultant en marketing pour célébrités.

Actuellement, les producteurs de divertissement payent d’avance des millions de dollars aux interprètes en échange d’un contrôle plus grand sur certaines de leur affaires.
Le procès témoigne que « AEG live contrôlait une grande partie de la vie de Michael Jackson. La maison où vivait Michael Jackson était fournie par AEG, ses finances étaient tributaires d’AEG, et ces actifs étaient mis en caution s’il ne se produisait pas sur scène pour les concerts.» Ces actifs incluait le catalogue Sony/ATV de musique qui appartenait à Michael Jackson, et qui comprends même les chansons emblématiques des Beatles .
Le verdict « pourrait avoir un effet négatif sur beaucoup de sociétés de micro-gestion sur la vie d’un artiste, comme AEG et d’autres sociétés de production. » dit Jo Piazza.
« Mais la raison pour laquelle la micro-gestion existe, c’est pour s’assurer que la célébrité, le talent soit dans la meilleure situation possible pour faire de l’argent pour la société de production. »
Ce type de contrôle est au cœur du procès pour homicide, déposé par la mère de Jackson, Katherine Jackson, et ses trois enfants.
BÉNÉFICES ET RISQUES :
Dans le procès, la famille de Jackson allègue que AEG Live, l’un des principaux promoteurs de concerts du monde, a engagé avec négligence Conrad Murray, le cardiologue, comme médecin personnel de Michael Jackson et a ignoré des signaux d’alertes qui montraient que le chanteur était en mauvaise santé.
Le chanteur de « Thriller » est mort en 2009 à Los Angeles à l’âge de 50 ans d’une surdose de Propofol, un anesthésiant chirurgical.
Murray, qui s’occupait de Michael Jackson quand le chanteur répétait pour sa série de 50 concerts pour son comeback de « This Is It », a été reconnu coupable d’homicide involontaire en 2011 pour avoir administré le Propofol qui a tué la star.
«C’est le genre de cas pour lequel chaque avocat du divertissement doit faire attention parce que dans l’industrie du divertissement il y a des assistants et que cela implique parfois des soins médicaux. » a déclaré John Nockleby, professeur à la Loyola Law School de Los Angeles.
AEG Live a soutenu que Michael Jackson avait des problèmes avec les médicaments sur prescription et une dépendance depuis des années, bien avant de conclure un accord avec la société.
La société a également dit qu’elle n’avait pas engagé ou superviser Murray et ne pouvait pas prévoir que le médecin allait présenté un danger pour le chanteur.
« Ils (AEG live) ont choisi de courir le risque et de réaliser d’énormes bénéfices. » a déclaré Brian Panish, l’avocat de Katherine Jackson lors des plaidoiries de clôture.

«L’industrie observe, attend et regarde comment cela se joue.» a déclaré Jody Armour, professeur de droit à l’Université en Californie du Sud, qui est spécialisé dans les réclamations de préjudice ou dommage corporel.
« Cela pourrait avoir à l’avenir un effet dissuasif sur les sociétés, en montrant comment, agressivement, elles poussent les artistes à respecter leurs obligations contractuelles. » a- t-il ajouté.
RÉMUNÉRATION EN FONCTION DU RENDEMENT :
Piazza prévoit un changement dans le modèle du business de l’industrie dans la manière dont les producteurs commencent par jumeler le salaire d’un artiste à l’accomplissement de leur contrat.
« Je pense que le grand impact de ce procès sera de diminuer les gigantesques versements d’avance, portant sur plusieurs millions de dollars et fera changer le modèle des participations aux bénéfices pour mettre davantage la responsabilité sur le talent de se produire. » « Ils feront de l’argent basé sur leurs représentations. »
Mais l’avocat Jerry Reisman estime que la pression financière pour des sociétés comme AEG Live est trop importante pour un changement important dans la manière dont ils fonctionnent ou contrôlent les artistes.
«C’est très, très important pour AEG de savoir qu’ils devaient respecter ce délai pour la tournée.», a déclaré Jerry Reisman.
« Maintenant, si oui ou non ils savaient ce que ce médecin faisait, qu’ils l’aient ou non autorisés, sont des questions pour le jury. »
Sources: Miriam Hernandez/ABC7 ,AP, Marc Fourny /Le point, Victoria Kim, Ruben Vives and Jeff Gottlieb/Los Angeles Times ,Alan Duke /CNN, Ann Oldenburg /USA Today , Eric Kelsey/ Reuters Canada .
Traductions : Compte-rendu réalisé par Jadzzia « Carine » MJ pour MJBackstage.

Je remercie chaleureusement le Captain Chris et Pasco pour m’avoir offert un espace sur le mur du MJB afin d’y publier les comptes-rendus, et mon amie TheDoe pour ses corrections et ses relectures, parfois à des heures impossibles. Merci aussi à Ozlan qui a gentiment proposé de m’aider dans les traductions. Merci encore à vous tous qui m’avez lue et suivie tout au long de ce difficile procès…

 

Du fond du cœur, un très grand merci à tous.

 
Carine

 

5 Commentaires
  1. Jaddzia Mj 7 ans Il y a

    chris aimji51 ,
    Merci a toi pour nous avoir partagé l’histoire de Teena Marie que je ne connaissait pas je doit bien le reconnaitre .Franchement c’est toute l’industrie du disque qui doit être repensée .. Ils ont toujours exploiter les artistes et le ferons encore si rien ne change …Que reste -il a l’artiste une fois que tous est déduit ? Pas grand chose et quand j’était enfants ont le disait déjà …
    Michael voulais être libre et indépendant c’est cela qui a causée sa perte ? .. Les questions resterons ouverte … j’aurais vraiment voulu voir AEG condamnée , pas seulement au nom de la justice mais pour le future , pour que les artiste soient enfin considérer que des être humains et pas des machine a faire des $$$ …Peux -être que c’est un doux rêve …

    Jadzzia MJ

  2. chris aimji51 7 ans Il y a

    Je précise bien “IT Men de Frédéric Dannen “Copyright 1990-1991

  3. chris aimji51 7 ans Il y a

    Avant Michael …
    Voici un document traduit de l’américain. Je vous laisse juge chère équipe du MJ Backstage, de le laisser ou non sur votre site. Je ne vous en voudrez pas si vous le trouvez trop long ou pas d’actualité. Mais il m’a semblé utile pour l’édification des fans afin qu’ils sachent comment tout cela marche et en pire aujourd’hui. Donc pour comprendre, revenons un peu en arrière:

    L’industrie du disque a été longtemps méprisante pour les artistes manipulés qui osaient montrer leur indépendance. Les pionniers du rock apprenaient que la meilleure défense contre un superviseur d’artistes était de louer les services d’un avocat pour faire un travail légal. Quelques labels ont fait mieux : en payant un avocat ou un manager pour l’artiste : quelqu’un complètement sous le contrôle de la compagnie.

    Les années 1970 fournissent quelques classiques histoires horribles de ce scénario. Quand Teena Marie a signé chez Motown, en 1976, avec Berry Gordy, elle n’avait pas d’avocat du tout. Quand elle a demandé à lire son contrat avant de signer, elle a témoigné ensuite que Motown lui avait fait des reproches.
    – N’avez vous pas confiance en nous ?

    Motown lui a assigné comme manager l’épouse du frère de Berry Gordy. Le résultat a été que deux de ses albums sortis et estimés à 2 millions de dollars pour Motown, lui ont été payé autour de 100 dollars par semaine pendant six ans et demi. (Soit: 33800 dollars exactement : ndt). Moralité : juste comme ses homologues blancs esclavagistes le faisaient dans le système des plantations, dans l’affaire de Teena Marie, l’esclave produite était blanche.

    Engagée en 1976 par Motown Records comme choriste, elle sort son premier album, intitulé Wild and Peaceful en 1979. Rick James, qui venait de refuser de travailler sur un album de Diana Ross parce qu’il ne pouvait le superviser dans son intégralité, compose quatre titres de l’album sur six, effectue les arrangements, chante, et joue un grand nombre d’instruments. C’est le début d’une longue collaboration artistique entre Teena Marie et Rick James. Dans une interview datée de 1999, Teena Marie admettra par ailleurs avoir eu une liaison amoureuse avec Rick James.
    Contrairement à l’usage courant, le visage de Teena Marie n’apparaît pas sur la pochette de son premier album. En effet, Motown ne souhaite pas que son public découvre que la chanteuse est « blanche », bien qu’elle ne soit pas seule dans son cas à figurer dans le catalogue de la maison de disques. La première chanteuse Motown blanche est Debbie Dean, en 1960. Le visage de Teena Marie apparaît sur ses albums suivants. De fait, les questions d’appartenance ethnique n’ont jamais constitué un problème dans sa carrière, la chanteuse ayant toujours été très bien acceptée par tout le public du Rythm’n’Blues.
    En 1982, Motown la poursuit pour rupture de contrat. Elle remporte la bataille judiciaire et son cas fait jurisprudence, depuis, sous le nom The Brockert Initiative, ou Teena Marie Bill, voté au congrès, qui impose une limitation de durée aux contrats entre les artistes et leurs maisons de disques. Ce qui permet à un artiste dont la maison de disques ne veut pas sortir l’album de rompre son contrat. Cela définit aussi qu’un contrat d’artiste ne peut être payé moins de 6 000 $ US par an. Source Wikipedia. (Clic Teena Marie).

    Aujourd’hui, les majors ont légèrement affiné leurs méthodes. C’est seulement qu’un avocat prééminent qui ne fait pas de travail légal pour les labels, se met à leur service le plus souvent pour l’argent. Les conflits d’intérêts qui scandaliseraient beaucoup d’entreprises sont monnaie courante dans le champ de la musique. En fait les avocats pour la musique sont désireux de poursuivre en justice les labels qui sont devenus si rares que les litiges sont en pratique, complètement de leur domaine. L’un est Léonard Marks à New York et l’autre Don Engel, les avocats à Los Angeles, de Boston et Teena Marie ( Marks et Engel)
    Une fois, Engel a fait un discours avant le Copyright Council, sans réaliser que c’était un groupe d’avocats et directeurs du personnel des compagnies de disques.
    – Tout soudainement je me suis fait huer a précisé Engel. Alors j’ai dit : Ecoutez vous ne pouvez pas penser que vos contrats sont onéreux et déloyaux ? Vous pouvez huer et siffler tant que vous voulez. Mais je n’ai jamais eu un juge qui n’ait pas été d’accord avec moi sur un contrat car c’est à celui qui sera le plus onéreux, déloyal et impossible des contrats. Au lieu de sifflements et huées, mettez une clause pour le bénéfice du chanteur. Mettez en une. Et peut-être un jour vous ferez respecter les contrats. Mais vous ne pourrez jamais faire respecter un de vos contrats contre moi tant qu’ils prendront la forme que vous leur donnez.

    Le contrat standard pour les nouveaux artistes aujourd’hui est annoncé comme onéreux par les grosses compagnies. C’est pourquoi à l’évidence, la musique est manipulée par le Barreau. La clef de la connaissance pour savoir pourquoi les contrats sont si mauvais est le mot “dédommagement”. Dans un agrément standard, beaucoup des coûts de la fabrication d’un disque sont prélevés sur les royalties des artistes plutôt que sur les grosses recettes des compagnies. De même qu’il est normal de charger les artistes les coûts de fabrication des temps de studio, marketing tours, présentation des disques (pochettes), en gros, tout !
    Sous ce système, seulement une super star qui vend des millions d’albums peut prétendre à un retour raisonnable. Pour 95% des artistes qui n’ont pas atteint les ventes « multiplatine » la perspective n’est pas bonne. La manière dont les contrats sont structurés, fait que la compagnie de disques peut faire un profit de manière à ce que lorsque l’artiste touche ses royalties, il soit encore dans le rouge vis-à-vis de sa compagnie. En fait cela se produit fréquemment. (Les artistes sont les débiteurs des compagnie et quelques fois à vie, voir plus haut le cas de James Brown ndt).
    En 1985, le Wall Street Journal a rapporté le cas de Patty Smyth et leur groupe « Scandale à CBS » pour l’album Warrior vendu au-delà d’un million de copies et qui néanmoins a gagné un misérable 100 000 dollars, soit moins de 10 cens (centimes) l’album. Patty Smyth et son groupe ont non seulement été chargés de la production des coûts mais encore des dépenses de promotion de la tournée des concerts.
    – Je n’ai fait que peu d’argent mais je suis sûre avoir vendu beaucoup a dit Patty Smyth.
    Tout cela ne serait pas si mauvais si les labels étaient bons au sujet de payer ce qu’ils doivent aux artistes. Mais ce n’est pas le cas.
    – Je peux m’aventurer à dire, sauf exception qui viendrait confirmer la norme, qu’il n’y a pas de déclaration honnête de royalties dans le business des majors compagnies en musique, aujourd’hui, a dit Engel récemment. C’est mon, avis personnel et j’ai beaucoup de preuve en arrière de ça. Dans une affaire que j’ai défendue, j’ai demandé à un manager qui avait été audit pour une grosse compagnie :
    – Avez-vous vu dans votre carrière un audit où il n’y avait pas de déficit pour l’artiste ?
    – Non !
    – Avez-vous jamais vu au cours de vos audits un artiste qui était surpayé ?
    – Jamais.
    Voilà, avis aux amateurs. Aujourd’hui rien n’a changé, sauf en pire. La preuve? Michael a été soumis à la ruine par les mêmes. Et Michael est mort!

    Ref IT Men traduit de l’anglais par Ozlan.

  4. MJ Brookins 7 ans Il y a

    Great summary and nice website.

Laisser une réponse

CONTACT US

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

©2020 MJBackstage - Fan Club Belge de Michael Jackson - All rights reserved

Site réalisé par l'équipe du site Michaelizer

LES AMIS DU MJBACKSTAGE

ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?