20 septembre 2013 – Procès Jackson / AEG

Katherine Jackson était présente à l’audience. Nous en étions au 83ème jour du procès et à la fin de la 21ème semaine. Aujourd’hui, fin du témoignage du Dr Allan Metzger.
Ensuite il ne devrait plus avoir de témoin dans le procès.
Rappel :
-Lundi le juge donnera les instructions au jury.
-Mardi les réquisitoires et plaidoiries pour les avocats de Katherine Jackson.
-Mercredi réquisitoire et plaidoiries pour les avocats d’AEG live.
-Jeudi, témoignages en réfutation.
-Vendredi début des délibérations du jury et verdict qui suivra.
Sans de la présence du jury, les avocats ont discuté de plusieurs problèmes avec la juge dans la matinée, dont les instructions au jury.
Le Dr Allan Metzger a repris son témoignage.

C’est Kathryn Cahan, l’avocat pour AEG, qui a procédé au contre-interrogatoire du médecin.
Kathryn Cahan a demandé au médecin s’il avait rencontré les avocats des Jackson et ce qu’il avait fait hier soir pour préparer son témoignage.
« J’ai essayé de dormir et de me relaxer. » a répondu le Dr Metzger.
Le Dr Metzger a dit qu’il allait facturer 1 000$ de l’heure aux plaignants pour son témoignage. Il facturera 6 ou 7 heures de témoignage pour la journée d’hier.
Kathryn Cahan a demandé si en en témoignant 8 heures par jour le Dr Metzger se faisait 240 mille dollars par mois. «Je ne ferais jamais cela 8 heures par jour.» a-t-il répondu.

Le médecin a dit qu’il ne voyait plus de patient, qu’il avait pris sa retraite cette année.

Le Dr Metzger: « J’ai dit à Michael Jackson que je voulais avoir autant d’informations que possible sur sa santé, où qu’il soit. Parfois j’avais ces informations, parfois pas. »
Kathryn Cahan: « Aviez-vous discuté avec Michael Jackson de vos préoccupations au sujet du fait qu’il voyait plusieurs médecins ? »
Dr Metzger: « Oui »
Le Dr Metzger a dit qu’il expliquait à tous ses patients qu’il voulait tout savoir des médecins qu’ils consultaient, afin éviter les interactions médicamenteuses.
Kathryn Cahan: « Michael n’avait pas pris vos avertissements au sérieux n’est-ce pas ? »
Dr Metzger: « Par moment oui. »

Kathryn Cahan: « Par rapport aux risques qu’il prenait en prenant des médicaments de cette manière, aviez-vous l’impression qu’il ne vous prenait pas au sérieux ? ».
Le Dr Metzger: « Je pense qu’il me prenait au sérieux, mais je crois que par moments il l’oubliait parce qu’il était trop occupé. »
Kathryn Cahan a montré un extrait de la déposition vidéo du Dr Metzger, où il disait qu’il était frustré que d’autres médecins donnaient des médicaments à Michael Jackson sans qu’il sache lesquels.
« Je ne pense pas qu’il prenait cela très au sérieux, parce qu’il faisait confiance aux médecins qui s’occupaient de lui. » a dit le Dr Metzger dans sa déposition.
Kathryn Cahan: « Vous avez dit que Michael Jackson se faisait une joie de faire des mystères, et que ça faisait partie de son mystère, n’est-ce pas ? »
Le Dr Metzger: « Ca faisait partie de sa vie privé, de son mystère, oui peut-être. Il y avait des préoccupations parce qu’il voyait plusieurs médecins. Je ne dirais pas qu’il faisait la tournée des médecins. »
Kathryn Cahan a montré un autre extrait la déposition vidéo du Dr Metzger, où il disait qu’il avait entendu des inquiétudes de la part de Debbie Rowe, Karen Faye, Dr Hoefflin, Dr Klein, disant que Michael Jackson faisait la tournée des médecins.
« Il prenait une quantité d’anti-douleurs qu’une personne normale n’aurait pas pu prendre. » avait témoigné le Dr Metzger dans sa déposition.
Le Dr Metzger a dit que sa vie privée et les secrets jouaient un grand rôle dans les soins apportés à Michael Jackson. Il a dit ne pas se souvenir avoir vu de flacons de médicaments avec des noms de médecins qu’il ne connaissait pas.
« Par moments Michael Jackson était très secret au sujet des médecins qu’il voyait, des médicaments qu’il prenait et des procédures (soins) qu’il subissait. » a dit le Dr Metzger.
Le Dr Metzger a dit n’avoir eu aucune restriction sur les endroits où aller à Carolwood, lors de sa visite le 18 avril 2009.
Kathryn Cahan a montré l’extrait de sa déposition, où le Dr Metzger disait qu’il n’était pas monté à l’étage chez Michael Jackson.
Mais au tribunal, il a dit qu’il était monté au premier étage, parce qu’il cherchait le chat, et qu’il était entré dans chaque pièce pour le retrouver.
Kathryn Cahan a demandé où était la vérité, s’il était monté ou pas. Le Dr Metzger a dit qu’il n’était pas monté à l’étage avec Michael.
Dr Metzger: « Je suis montré jusqu’au palier, d’où on pouvait voir la chambre de Michael, d’après ce que m’avaient dit les enfants, et la porte était grande ouverte ».
Le Dr Metzger a dit qu’il n’avait pas vu d’équipement médical chez Michael Jackson.
« Il était sans doute anxieux, et désespéré de ne pas dormir. » a-t-il dit.
Kathryn Cahan: « Comment avait l’air Michael Jackson le 18 avril 2009 ? »
Dr Metzger: « Il avait l’air bien, il en pleine forme, le même Michael que j’avais toujours connu, lucide. »
« Il n’avait rien qui laissait suggérer qu’il avait pris des médicaments.» s’est rappelé le Dr Metzger.
Il a dit que Michael était toujours svelte et musclé. « Il était prêt à partir, mais il était inquiet pour son sommeil., » .a ajouté le médecin.
« Je pense qu’il gérait mieux son stress que je ne le pensais. » a-t-il dit.
« Je l’avais déjà vu avant sur d’autres tournées, il avait l’air encore plus anxieux. »
« Il semblait responsable et prêt à y aller. » a déclaré le médecin. « Il était excité, anxieux. »
Fin du contre interrogatoire pour Kathryn Cahan de AEG live.
Ensuite c’est Deborah Chang qui a repris l’interrogatoire.
Le Dr Metzger a déclaré que le 18 avril 2009, il n’était pas au courant que Michael Jackson recevait des médicaments par voie intraveineuses.
Deborah Chang lui a demandé si le 18 avril 2009, Michael Jackson semblait squelettique comme sur la photo du 19 juin 2009.
« Absolument pas comme ça. » a répondu le médecin.
Concernant le fait que Deborah Chang lui avait recommandé Eric George comme avocat, le Dr Metzger a dit que Deborah Chang était enthousiaste à son sujet.
En fait, a-t-il dit, Deborah Chang ne lui avait même pas recommandé quelqu’un d’autre. Le Dr Metzger et Deborah Chang avaient rencontré Eric George pendant environ 1 heure.
Deborah Chang: « C’est terrifiant de témoigner devant le monde entier ? »
Dr Metzger: « Oui. Je voulais m’assurer que je répondrais correctement au sujet de Michael Jackson. »
Deborah Chang a dit qu’elle voulait mettre les choses au clair et préciser que son cabinet ne payait pas Eric George, l’avocat du Dr Metzger.
Elle a demandé s’il avait une raison de croire que ce n’était pas vrai. Le Dr Metzger a répondu que non, en précisant qu’il n’avait pas encore reçu la facture d’Eric George.
Le Dr Metzger a dit que 1 000 $ de l’heure était son tarif normal facturé aux avocats quand il déposait ou qu’il témoignait au tribunal.

Le Dr Metzger a facturé 9 000 $ à AEG live pour 9 heures de déposition dans cette affaire. Il a dit avoir facturé le même taux horaire lors de sa déposition pour la Lloyds de Londres.
Deborah Chang : « Durant les 46 années où vous avez pratiqué la médecine, vous avez demandé un tarif standard pour des médecins ? »
Dr. Metzger : « C’est le tarif standard dans mon bureau »
Le Dr Metzger a dit que cela n’influençait en aucune sorte son témoignage.
Il a dit que Paul Gongaware avait été le producteur de la tournée de Michael Jackson à Sydney.
Deborah Chang: « Pensiez-vous que le fait que Michael Jackson ne puisse pas dormir après ses représentation en Australie était un secret ? »
Le Dr Metzger: « Non, je pense que tout le monde l’avait compris. C’était un perfectionniste, Michael ne pouvait pas dormir après ses shows. »
« Quoi qu’il fasse, peu importe à quel point c’était magique, il voulait que ce soit encore plus magique. » a dit le Dr Metzger.
Deborah Chang: « Etait-ce pour les fans ? »
Le Dr Metzger: « Oui, et pour lui-même, c’était un perfectionniste. »

Deborah Chang : « Lorsque quelqu’un ne peut pas dormir, cela rend une personne plus anxieuse ? »
Dr. Metzger : « Oui, et cela diminue le seuil de la douleur. »
Deborah Chang: « Durant la tournée de Dangerous en 1993, avez-vous appris que Michael Jackson prenait trop de médicaments ?»
Le Dr Metzger: « Absolument. »
Concernant les prescriptions faites au nom de Karen Faye, le Dr Metzger a dit qu’il s’agissait de Latisse, une solution ophtalmologique pour renforcer les cils (Il agit en augmentant la croissance des cils, aussi bien pour ce qui est de la longueur, de l’épaisseur que de la teinte foncée), du Rogaine, un traitement contre la calvitie et des médicaments pour le rhume.
Il a dit qu’il n’avait jamais prescrit de Demerol au de nom de Faye pour Michael Jackson. Le Dr Metzger a dit que ses préoccupations concernant le fait que Michael Jackson voyait plusieurs médecins dataient du début des années 90.
« Je n’étais pas au courant qu’il voyait plusieurs médecin ni qu’il faisait une utilisation inappropriée de médicaments après 1995. » a témoigné le Dr Metzger.
Deborah Chang a demandé au Dr Metzger s’il avait des preuves que Michael Jackson prenait des médicaments provenant de différents médecins.
« La seule preuve que j’avais, c’était le bouche à oreille. »
« Michael Jackson ne m’a jamais beaucoup parlé des médecins ni des médicaments. » a déclaré le Dr Metzger.
Deborah Chang: « Et vous n’aviez aucune preuve réelle ? »
Dr Metzger: « J’avais entendu des rumeurs disant que des médicaments lui étaient prescrits par d’autres médecins à Los Angeles. »
Deborah Chang: « Vous est d’accord de dire que vous étiez le médecin et l’ami de longue date de Michael Jackson depuis 26 ans ? »
Le Dr Metzger: « Oui »
« J’étais préoccupé par ses problèmes de sommeil, et le fait de le voir groggy. » a dit le Dr Metzger.
Deborah Chang: « Vous avez rencontré Paul Gongaware lors de la tournée d’ HIStory ? »
Dr Metzger: « Oui »
En ce qui concerne les intraveineuses pour dormir, le Dr Metzger a répété qu’il avait dit à Michael Jackson que c’était dangereux et qu’il ne devait pas le faire.
Deborah Chang: « Paul Gongaware ne vous a jamais offert de vous payer 150 000 $ par mois ? »
Dr Metzger: « C’est exact. »
Ensuite, c’est Kathryn Cahan qui a repris l’interrogatoire du Dr Metzger.
Kathryn Cahan :« Si Paul Gongaware vous avait offert 150 000 $ par mois, ce serait moins que ce que vous recevriez pour être témoin à 1.000 $ par heure ? »
Dr Metzger: « Oui, le calcul est correct, mais comme je l’ai dit, je ne fais pas cela à plein temps. »
Le Dr Metzger s’est rappelé que la surconsommation de Demerol et que les troubles du sommeil avaient posé problème lors de la tournée de Dangerous.
le Dr Metzger a dit qu’en 1993, quand Michael Jackson était entré en cure de désintoxication, il l’avait appris soit par Debbie Rowe soit par Karen Faye, ou peut-être par la presse.
Kathryn Cahan a montré l’extrait de la déposition du Dr Metzger où il disait qu’il avait soigné Michael Jackson après sa cure et qu’il n’en avait jamais parler avec Michael Jackson.
Kathryn Cahan: « Avez-vous parlé avec Michael Jackson de sa dépendance aux anti-douleurs, même après avoir appris dans la presse qu’il entrait en cure de désintoxication ? »
Dr Metzger: « J’en ai parlé quelque fois vers la fin des années 90. »
Kathryn Cahan: « Vous a-t-il dit qu’il était dépendant aux antalgiques ? »
Dr Metzger: « Oui, il a dit qu’à l’époque de la tournée de Dangerous, il était dépendant. »

« Je pense que je lui ai prescrit des opiacés légers, du Vicodin, pour les douleurs plus importantes. » a dit le Dr Metzger. C’était juste après la cure de désintoxication de Michael Jackson. »
En ce qui concernant le Latisse, le médecin a dit que l’ordonnance était à la fois pour Michael Jackson et pour Karen Faye. Selon lui, c’était pendant la tournée de Dangerous.
Le Dr Metzger a dit qu’il était plus impliqué dans les soins à la fin des années 90 que dans les années 2000. De 2003 à 2009, il ne lui parlait qu’au téléphone, il demandait des nouvelles des enfants, au sujet de problèmes médicaux mineurs.
Le témoignage du Dr Metzger s’est terminé ainsi.
Ensuite, Brian Panish, l’avocat des Jackson, a appelé son témoin suivant, il s’agit de l’avocat Eric George.
Eric George est avocat depuis 20 ans. Il pratique sur des procès au civil qui implique des sociétés.
Eric George représente Debbie Rowe depuis 8 ans.
Brian Panish : « Vous n’avez jamais eu une vie sociale avec moi, avez-vous dîné avec moi ? »
Eric George : « Pas une seule fois. Je fais très attention la société que je fréquente. »

Tout le monde a ri dans la salle du tribunal.
Brian Panish a demandé comment Eric George était devenu l’avocat du Dr Metzger. Il a expliqué qu’il avait reçu un appel lui demandant s’il était d’accord de le représenter.
Brian Panish lui a demandé s’il était payé par la firme de Brian Panish (Panish Shea & Boyle) qui représentant la famille Jackson pour représenter le Dr Metzger.

Eric George a dit que non, qu’il ne l’aurait de toute façon pas accepté.
Eric George: « Ce serait inapproprié. Je suis là pour représenter un témoin et pour dire la vérité et peu importe les conséquences. »
Ensuite c’est Marvin Putnam qui a interrogé Eric George.
Marvin Putnam: « Quand avez-vous décidé que vous alliez témoigner ? »
Eric George: « Nous en avons parlé hier, après qu’une mauvaise réponse ait été donnée. »
Eric George a dit qu’on avait suggéré qu’il avait été payé sur le côté.
« Cela concerne ma réputation et je veux éclaircir les choses. » a dit Eric George.
« C’est quelque chose que je n’admets pas. » a-t-il témoigné.
« J’ai été ravi de le faire et de mettre les choses au clair. » a-t-il ajouté.
Marvin Putnam: Vous travaillez gratuitement pour le Dr Metzger ? »
Eric George: « Non »
Marvin Putnam: « Vous le facturez ? »
Eric George: « Oui »
Marvin Putnam: « A votre tarif habituel ? »
Eric George: « Non »
Marvin Putnam: « Etes-vous payé moins que le tarif normal ? »
Eric George: « Beaucoup moins. »
Eric George a dit qu’il n’avait jamais rencontré le Dr Metzger avant cette affaire, mais il a dit en avoir entendu parler par Debbie Rowe.
Marvin Putnam lui a demandé s’il pensait que c’était un conflit d’intérêts le fait de représenter à la fois Debbie Rowe et le Dr Metzger.
Eric George a répondu qu’il n’y avait aucun conflit d’intérêts.
« Je suis fier de dire que je n’ai jamais été accusé de conflit d’intérêts ni de conduite contraire à l’éthique, et je veux que cela reste comme cela. » a dit Eric George.
Marvin Putnam a demandé pourquoi Eric George avait accepté de représenter le Dr Metzger.
« Un des problèmes les plus importants en ce moment, est de savoir si la compagnie est responsable. » a dit George.
Marvin Putnam: « Avez-vous pris une décision sur le résultat de cette affaire ? »
Eric George: « Oui, J’ai de fort sentiments sur cette affaire.»
C’était le dernier témoignage du procès.

Eric George a ensuite été libéré.

Les plaignants ont dit au tribunal qu’ils n’avaient plus de témoin à appeler, ils ont néanmoins encore quelques demandes non résolues.
Les deux parties ont fait stipuler dans le procès que le nombre de personnes qui avaient assisté au concert de U2 au Rose Bowl le 25 octobre 2009 était d’environ 97 000 personnes.
NB : La stipulation dans un procès : Au cours d’un procès civil, ou pénale, ou lors de tout autre type de litige, les avocats adverses peuvent se mettre d’accord sur certains faits et des questions. Un tel accord est appelé une stipulation. Les tribunaux examinent avec bienveillance les stipulations car elles économisent du temps et simplifient les problèmes qui doivent être résolus. Certaines dispositions sont orales, mais les tribunaux exigent souvent que la stipulation soit mise par écrit, signée et déposée auprès du tribunal.
A moins d’un changement au cours du week-end, il n’y aura plus aucun témoin appelé à témoigner dans ce procès.
Après le départ du jury, Kevin Boyle a dit à la juge que pour ne pas rallonger encore plus la durée du procès, les images de Sony, brutes et sans montage, du tournage de This is it ne seraient pas montrés au tribunal.
Le juge a alors dit que le juré n°7 avait fait un commentaire sur le fait qu’elle avait manqué un projet. « Il est clair que nous sommes prêts. » a dit le juge Palazuelos, notant que les jurés étaient prêts à en finir avec le procès et à reprendre une vie normal.
Les avocats ont parlé de la requête des plaignants, demandant un verdict direct au sujet la dépendance de Katherine Jackson par rapport à Michael Jackson.
Le juge Palazuelos : « Je suis tentée de l’accorder .»
Kevin Boyle dit qu’il était d’accord avec la position du juge.
Les plaignants veulent que la juge décide si Katherine Jackson était dépendante de Michael Jackson pour ses besoins dans la vie quotidienne.
« Si l’on ne considère pas que Katherine Jackson était dépendante de Michael Jackson, elle n’avait pas de raison pour déposer cette plainte contre AEG. »
« Mme Jackson n’a pas besoin de l’argent de son fils pour ses dépenses de la vie courante. » a dit Jessica Stebbins Bina.
« Pendant 3 ans, elle a reçu 120 000 $ par an de sa fille Janet. » a dit Jessica Stebbins Bina.
« Savoir si elle en a la qualité ne revient pas à établir si l’argent des enfants permet à un parent d’avoir des dépenses autres que celles de la vie courante qu’il pourrait se permettre autrement » a dit Jessica Stebbins Bina.
« C’est une question au jury de savoir si l’argent pour les enfants est nécessaire. » a dit Jessica Stebbins Bina.
Jessica Stebbins Bina a dit que ce n’était pas la contribution qui était remise en cause, mais le fait de savoir si un parent était dépendant et s’il avait besoin d’argent pour ses dépenses quotidiennes.
Kevin Boyle a dit que le soutien qu’apportait Michael Jackson à Katherine Jackson n’avait pas vraiment été discuté.
William Ackerman ( un des experts juristes comptable sdans le procès ) avait témoigné que Michael Jackson payait beaucoup des dépenses liées à Hayvenhurst, comme les commodités, les transports, la nourriture, ou l’hypothèque.
Le juge a demandé s’il y avait un document reprenant comment était dépensé l’argent que Janet donnait à Katherine Jackson. Son argent pouvait servir à des subtilités.
Jessica Stebbins Bina a dit que la loi protégeait les parents qui dépendaient de leurs enfants pour leurs dépenses de la vie courante.
Jessica Stebbins Bina: « Le jury pourrait décider que Mme Jackson n’était pas dépendante de Michael Jackson pour les dépenses de la vie quotidienne, mais qu’elle acceptait de généreux dons pour avoir de plus belles choses.»
La juge : Le fait qu’il contribuait une certaine manière, ne dit pas de combien. »
Kevin Boyle a argumenté que le mot « besoin » ne figurait dans aucune jurisprudence. On parle plutôt de dépendance dans une certaine mesure pour les dépenses de la vie courante.
La juge: « Le fait en l’occurrence dans cette affaire est que Mme Jackson a 83 ans, qu’elle ne travaille pas, qu’elle est dépendante de ses enfants pour prendre soin d’elle. »
Kevin Boyle a dit que l’expert de la défense avait admis que Michael Jackson payait les dépenses courantes de sa mère.
Jessica Stebbins Bina: « Une personne raisonnable pourrait déterminer que 120 000 $ par an suffisent pour se nourrir, s’habiller et se loger. »
« Sans Michael Jackson, Mme Jackson aurait quand même toujours 120 000 $ par an. » a ajouté Jessica Stebbins Bina.
« Malgré la générosité de Michael Jackson envers sa mère, le fait est qu’elle n’avait pas besoin de lui pour vivre. » a argumenté Jessica Stebbins Bina.
Si la juge rejette la requête, c’est au jury de déterminer si Katherine Jackson a la qualité pour sa plainte, et par conséquent pour déterminer s’ils peuvent lui attribuer des dommages et intérêts. C’est ce que souhaite la défense.
Si la juge lui accorde la requête, le jury n’aura pas à prendre cette décision. C’est ce que souhaitent les plaignants.
La juge a donné sa décision au bout d’une heure.
Et c’est une grande victoire pour Katherine Jackson. La juge a décidé qu’elle avait le droit de réclamer une compensation pour la mort de son fils.
En conclusion : la juge Yvettte Palazuelos a jugé que Katherine Jackson était dépendante financièrement au moins en partie de son fils pour les nécessités de la vie, et que la matriarche de la famille avait droit à des dommages et intérêts si les jurés trouvent que AEG Live est responsable de la mort de son fils.
« Il n’existe aucune preuve que les contributions de Janet Jackson aient annulés la dépendance de Katherine Jackson dans une certaine mesure concernant les contributions [de Michael Jackson ] pour les dépenses de la vie courante. » a dit la juge Palazuelos.
La juge a cité le témoignage de Katherine Jackson et le témoignage d’un expert financier engagé par AEG Live dans son jugement du verdict partiel.
L’audience reprendra lundi avec les instructions qui seront données au jury.
Sources: Alan Duke (CNN) , ABC7 Court News ‏@ABC7Courts et Anthony McCartney.
Traductions : Compte-rendu réalisé par Jadzzia « Carine » MJ pour MJBackstage

0 Commentaires

Laisser une réponse

CONTACT US

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

©2020 MJBackstage - Fan Club Belge de Michael Jackson - All rights reserved

Site réalisé par l'équipe du site Michaelizer

LES AMIS DU MJBACKSTAGE

ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?