31 juillet 2013 – Procès AEG

Audience du 29 juillet du procès AEG live :
C’est le début de la 14ème semaine de procès. L’audience a commencée l’après-midi.
L’expert retenu par AEG, Eric Briggs, était de retour à la barre des témoins. C’est Sabrina Strong, l’avocat d’AEG, qui a repris l’interrogatoire direct du témoin .Aucun membre de la famille Jackson n’est présent aujourd’hui.
Rappel : Eric Briggs est témoin expert dans le procès pour AEG live. Il a été invité à évaluer les projections d’Arthur Erk, l’expert retenu par les plaignants.
Sabrina Strong a de nouveau demandé l’opinion d’Eric Briggs sur la tournée de « This is it » et la capacité de Michael Jackson faire les 50 shows.
L’expert a dit que répondre à cette question n’était que spéculation.
Une diapositive montrée au jury qui concerne une tournée mondiale et qui serait spéculative, a dit Briggs.
Une diapositive montrée au jury se rapportant à une tournée mondiale qui serait spéculative, a dit Eric Briggs. (Document en lien avec les projections Arthur Erk).
Diapositive TII Tournée de Arthur Erk « spéculative »:
– Pas d’accord au-delà de 50 shows.
-L’usage de drogues de Michael Jackson.
-Histoire des annulations de Michael Jackson.
Diapositive :
-Tour du monde dépend de la réalisation de 50 shows.
.Risque lié au rendement.
.Risque liée à l’exécution.
Cependant, Briggs a dit que les numéros 1 et 2 se rapportent également aux 50 shows à Londres.
Eric Briggs dit que l’histoire de MJ et le mode d’utilisation des médicaments et ces effets durables soutiennent la base pour une opinion que la réalisation des 50 shows était spéculative.
« Michael Jackson a eu une histoire significative d’annulations de projets, même si ils étaient raisonnablement sûrs de se faire, » a dit Eric Briggs.
Eric Briggs a dit qu’il a évalué les nombres de M. Erk concernant les 260 shows.
Brian Panish l’avocat de Katherine Jackson a demandé une « sidebar ».( discussion entre les avocats et le juge sans la présence du jury), cela a duré 23 minutes.
Concernant les 260 shows qu’Arthur Erk a calculé, Eric Briggs a dit que la projection de l’expert était sans précédent pour les ventes de billet et la perspective brutes de revenu.
Eric Briggs a déclaré que la tournée avec le plus gros succès jamais réalisé c’est les 360 shows de U2, qui a généré 736 millions de dollars en ventes de billets et de marchandising.
Revenus bruts de tournées : Billets et marchandises.
1 – U2 : 736 million $.
2 – Rolling Stones: 558 million $.
3 – AC/DC: 441 million $.
4-Madonna : 408 millions $.
Eric Briggs a dit ce qui est réellement reçu par l’artiste est beaucoup plus petit que le chiffre brut et il est basé sur les dépenses de la tournée.
Si la production est coûteuse, Eric Briggs a déclaré le net aux membres d’AC / DC pourrait être plus élevé que le net de membres de U2, même si U2 a rapporté plus. Cela dépend des couts de production.
Les tournées de Michael Jackson ont réalisées un chiffre d’affaires brut les plus hauts :
HISTORY: a généré 165 millions de $ pour 82 dates de 1996-1997 ;
BAD a généré 126 millions de $ pour 120 shows.
Eric Briggs a déclaré que le Dangerous Tour n’a pas été inclus parce qu’il n’a pas été inclus dans la liste des tournées les plus rentables de tous les temps.
« La tournée de Dangerous a été écourtée presque que Michael Jackson est allé en cure de d’intoxication,» a déclaré Eric Briggs .
Prédiction d’AEG de la tournée future :
Prod (production) 1: 94 millions de $
Prod( production ) 2: 107 millions de $
Sabrina Strong a demandé à Eric Briggs de comparer le budget d’AEG de 2009.
Arthur Erk a projeté 1,65 milliard de dollars pour 260 tournées de spectacles, répondit-il.
«Il est clair que c’est au-delà de tout ce que nous avons jamais vu dans l’histoire du monde entier», a dit Eric Briggs.
Eric Briggs, a déclaré que M. Erk prévoyait que 900 millions $ devait être versés à Michael Jackson comme net pour les billets, la publicité et le merchandising.
Selon le dossier, ce montant était loin ce que Michael Jackson avait ramené dans le passé, a témoigné Eric Briggs.
Eric Briggs a déclaré que Paul Gongaware a témoigné que la tournée Dangerous de Michael Jackson avait perdu de l’argent, que ce n’était pas rentable. Il a également témoigné que la tournée d’ History avait atteint le seuil de rentabilité.
« Le net est la valeur des billets et du merchandising actif moins tous les frais pour monter le spectacle (frais de production) », a expliqué Eric Briggs.
En ce qui concerne la tournée History, Eric Briggs a déclaré, que sur la base du témoignage de Paul Gongaware, il doit y avoir des coûts qui ont fait que la tournée a atteint son seuil de rentabilité.
« Ce qui a impliqué que Michael Jackson n’a pas généré de net significatif lors de cette tournée », a ajouté Eric Briggs.
Eric Briggs a déclaré que le budget des shows d’AEG indique que si Michael Jackson avait fait les 50 shows, aurait pris gagner en net entre 22 $ et 31 M $.
« Ce montant comprend les billets et le merchandising, mais pas la publicité », a dit Eric Briggs.
Eric Briggs: « En juin 2009, aucune publicité n’était en place, aucun sponsoring n’était en place. AEG Live avait pris des mesures pour les garantir, mais aucun n’avait été mis en place ».
Eric Briggs sait que dans les projections d’Arthur Erk, Michael Jackson devrait gagner 890 millions de dollars à partir de 260 shows d’une tournée mondiale avec les tickets, le merchandising, la publicité et le sponsoring.
« Je ne sais pas comment quelqu’un peut-il être raisonnablement certain que cela se produirait, » a dit Eric Briggs.
Le plus gros succès de tournée de tous les temps était à 360 degrés de U2, a déclaré Eric Briggs, qui était de 736 millions $. La projection d’Arthur Erk pour le net de Michael Jackson était bien au-dessus de cela.
« C’est complètement hors de la ligne de l’histoire, avec l’histoire propre de Michael Jackson et l’histoire de toutes les autres tournées, » a estimé Briggs.
L’expérience de Briggs avec la publicité se rapporte au travail avec l’Estate d’artistes importants, comme Elvis et Frank Sinatra.
« Ils ont été approchés plusieurs fois par de grosses compagnies pour mettre leurs noms sur des produits à vendre, » a ajouté Eric Briggs.
Eric Briggs a expliqué les utilisations dans l’industrie des données « Q » de score s’inspirant de l’empathie(ou sympathie) d’une célébrité ou d’un personnage.
Eric Briggs dit qu’il y a deux grands types de facteurs que les entreprises prennent en considération pour sélectionner un artiste pour la promotion d’un produit.
1-l’histoire de la garantie de la promotion (ou publicité).
2-Comment l’artiste est prévisible, sa stabilité, et comment sont ces actions.

«Les entreprises recherchent des valeurs sûres», a déclaré Briggs. «Ils ne veulent pas prendre de grands risques avec leurs produits, »ajoute-t-il.
Eric Briggs a expliqué que les compagnies sont préoccupées par ce que le grand public pense de l’artiste ou célébrité.
Eric Briggs : « La tournée brute se rapporte aux personnes ayant un intérêt à voir quelqu’un sur scène. Michael Jackson était un grand artiste ».
« Mais il y a une différence entre l’excellence de la performance sur scène et le souhait de la société de s’associer avec l’interprète, » a déclaré Eric Briggs.
Eric Briggs a dit que les données du score « Q » associé à Michael Jackson a analyser sont ses ventes d’albums, les mesures prises par AEG live, la stabilité et la prévisibilité de Michael Jackson.
Eric Briggs a expliqué que les sociétés de données appellent des personnes et demandent combien ils aiment bien un certain artiste, leur score de « Q ». (en fait il font une étude de popularité sur un artiste donné).
Ils rapportent ensuite les résultats de la société à la marque (produit) et ils décident si miser sur un artiste est sûr.
Eric Briggs a reçu deux ensembles de données :
L’image de Michael Jackson auprès du public (l’empathie ou sympathie).
Groupe comparatif de Michael Jackson (Bruce Springsteen, Elton John, Justin Timberlake).
Le juge a voulu savoir quel genre de questions l’entreprise a demandé aux personnes pour l’enquête.( score « Q »).
Eric Briggs, a déclaré que la question porte sur l’impression de la personne sur l’artiste, avec normalement 3 a 5 choix de réponse.
Les questions ne sont pas autant si une personne aurait acheté un produit, mais leur impression de l’artiste, a expliqué Eric Briggs.
« Q » enquête de score:
-Question: Quelle est votre impression générale de la personne / célébrité?
-Réponses: Un de mes préférés, très bon, bon, passable / mauvaise.
Eric Briggs a déclaré qu’il est utile d’examiner la comparaison avec autres artistes, comment ils se comparent à d’autres qui sont similaires à l’artiste en question
Eric Briggs a dit qu’il y a des données pour le score de « Q » à partir de 1990 à 2006, avec quelques lacunes. Il n’y a aucune donnée de score de « Q » entre 2006 et 2009.
Sabrina Strong a montré un diagramme de Michael Jackson « de son image auprès du public» qui a diminué après 1993. Le diagramme montre une impression Négative-positive.
Eric Briggs a déclaré qu’en 2006, il y avait une personne avec une impression positive pour toutes les 7,4 personnes ayant une impression négative sur Michael Jackson.
Eric Briggs a déclaré qu’en 1993, la côte de popularité de Michael Jackson était assez bonne, en ligne avec d’autres artistes. A partir de là, elle a sensiblement diminuée.
En 2006, Eric Briggs a déclaré que le graphique montre qu’il y avait 7,4 impressions négatives pour une impression positive en ce qui concerne Michael Jackson.
« Il n’y a pas de données disponibles pour 2006 à 2009,» Eric Briggs a déclaré qu’il a demandé les données, mais n’a pas pu les obtenir.
Il a dit que si la côte de popularité de quelqu’un est si négative, ils retirent ces personnes hors de la liste, car aucune entreprise ne voudrait travailler avec eux.
Le juge a demandé à Eric Briggs si Michael Jackson aurait pu être comparé à un artiste individuel, comme Justin Timberlake, par opposition à un groupe d’artistes similaires.
Il a dit que la norme est de comparer la moyenne du groupe avec l’artiste en question.
Eric Briggs, a déclaré que Arthur Erk a spécifié la vente unitaire d’albums pour cinq des albums de Michael Jackson. « Il a également montré une diminution significative, » a déclaré Eric Briggs.
Vente de l’album de Michael Jackson:
1982 – Thriller : 65 millions.
1987 – Bad : 45 millions.
1991-Dangerous : 32 millions.
1995-HIStory : 20 millions.
2001—Invincible : 13 millions.
Eric Briggs a témoigné que Michael Jackson avait un problème important dans les médias liés aux au gros titres négatifs dans un large éventail de sujets.
« Cela aurait un impact sur la décision d’une entreprise les choix publicitaires / sponsoring. Les sociétés se concentrent sur la vente, » a déclaré Eric Briggs.
L’expert a expliqué qu’il y avait un public important qui voulait voir Michael Jackson sur scène.
Il a dit qu’AEG a pris des mesures pour garantir (les contrats) pour les publicités et les sponsorings, mais a été incapable de le faire.

«Je ne sais pas comment il peut prévoir que tout d’un coup la lumière des projecteurs pouvait être tournées dessus » Eric Briggs dit à propos de la projection de Arthur Erk sur la publicité.
L’expert a dit qu’il n’y avait aucun projet de publicités ou de sponsoring au moment de la mort de Michael Jackson.
Sabrina Strong a demandé pourquoi l’accord de Las Vegas n’était que spéculative. Eric Briggs répond : Rien dans les œuvres, pas de budget, contrat ou financement.
Eric Briggs a répondu que rien n’était prévus, ni dans les budgets, ni dans les contrats de financement.
À part cela, il n’y a aucun précédent réel pour la vie, tournée d’artiste, qui est un spectacle hommage.
Dans mon entreprise, «exprimer le juste intérêt » cela ne signifie pas que cela va arriver » a estimé l’expert.
Il a dit qu’il voyait des idées tous le temps mais que cela n’empêchait pas ces idées d’être rejetées.
Eric Briggs: « Las Vegas est un marché très concurrentiel. Chaque hôtel veut un show qui fait appel à un large public ».
«Il est difficile de faire de gros paris si il y a de grandes questions sur la cote de popularité d’un artiste et la prévisibilité de ce même artiste, » a ajouté Eric Briggs.
« Le monde du divertissement est de trouver un public, » a déclaré Eric Briggs. « Personne ne peut prédire si il y aura du succès jusqu’à ce que vous vendez les billets ».
Eric Briggs a déclaré qu’il avait compris que la succession de Michael Jackson n’était pas intéressée par la proposition d’AEG pour un projet de tournée à Las Vegas.
Eric Briggs a déclaré dans la projection d’Arthur Erk, Michael Jackson s’occuperait de cinéma mais il n’a pas fourni de chiffres à cet égard.
Eric Briggs : Processus de Production Film :
-Idées.
-Développement/emballage(Packaging).
-Financement.
-Planification pré production.
-Production.
Eric Briggs : Processus de Production Film.
-Post production
-Publicité
-Distribution
-Salles de cinéma
-Bénéfices ?
Eric Briggs a dit il y a des efforts qui ont été fait à un moment donné pour que Michael Jackson fasse des films. Il estime que c’était en phase de développement.
Eric Briggs a dit que la décision de faire des films est de plusieurs millions de $. L’engagement est très sérieux, vous ne pouvez pas faire un film avec un million de dollars.
« Un film cela peut être des centaines de millions de dollars d’investissement, a déclaré Eric Briggs. Et beaucoup chose doivent être mise en place, comme l’audience, la distribution, etc..
Il a dit que la publicité d’un film aux États-Unis peut couter plus de 50 millions de dollars.
Eric Briggs a déclaré que le dernier long métrage ou Michael Jackson a été associé c’est « Miss Cast Away », sorti en 2004-05 et il est allé directement sur le marché de la vidéo, pas dans les salles.
Eric Briggs a déclaré que, même à sa phase de distribution, cela ne signifie pas qu’un film sera rentable et qu’il aura du succès. «C’est un risque jusqu’à ce point,» ajoute-t-il.
C’est seulement après 3-6 semaines en salle, qu’il est possible de déterminer si le film est rentable ou non, a dit Eric Briggs.
Eric Briggs a nommé quelques grands films qui ont été déceptions: John Carter, Battleship, Jack le tueur de géants.
Eric Briggs : « Ces films avaient de grands acteurs, beaucoup de dollars, de grands studios de film et un grand processus de décision qui ne peux pas toujours avoir raison ».
« Chaque studio libère 15 a 20 films par an », Eric Briggs a dit, « et seulement la moitié d’entre eux sont connus du public ».
« Juste parce que vous faites quelque chose ne veut pas dire qu’il aura une bonne critique », a déclaré Eric Briggs.
Eric Briggs: « M. Erk a déclaré simplement qu’il pensait que Michael ferait des films ».
Eric Briggs a dit il y avait eu des périodes où Michael Jackson avait eu d’excellentes connexions dans l’industrie du cinéma.
« Là encore, de grandes connections ne veulent pas dire que les choses vont se faire ou se réaliser sans parler du succès, » a déclaré Eric Briggs
Eric Briggs: «Tout ce qui est tenté n’est pas un succès retentissant ».
Pour ce qui est de l’histoire personnelle de Michael Jackson en ce qui concerne les longs métrages, Eric Briggs a été catégorique: «Je ne crois pas que Michael Jackson a eu du succès » a dit l’expert.
« Même M. Erk a dit qu’il n’a pas réussi dans les films», a déclaré Eric Briggs.
Eric Briggs : « je ne sais pas comment quelqu’un peut projeter, avec une certitude raisonnable, que Michael Jackson aurait réussi à faire des films. »
Fin de l’audience ,Eric Briggs sera de retour demain.
Source: ABC7 Court News ‏@ABC7Courts.
Compte-rendu réalisé par Jadzzia « Carine » MJ pour MJBackstage
 
 
 
Audience du 30 juillet procès AEG Live :
Katherine Jackson et son neveu Trent étaient présents au tribunal aujourd’hui. Rebbie Jackson devait témoigner mercredi mais elle est souffrante. Donc on verra peut-être la déposition vidéo de Debbie Rowe et de Randy Jackson.
Aujourd’hui c’est une demi-journée de procès aussi, c’est Eric Briggs témoin expert pour AEG live qui est de retour à la barre des témoins.
C’est Sabrina Strong qui a commencé l’interrogatoire du témoin.
Avant la reprise du témoignage, l’avocat Kathryn Cahan d’AEG live a déclaré que la semaine dernière, lors de la déposition vidéo Dr. Saunders qu’ils n’ont pas pu faire une correction.
Elle a dit que lorsque le Dr Saunders a déclaré que les deux seuls médicaments qu’il connaissait c’était le Demerol et de la morphine, cela devrait être le buprénorphine à la place de la morphine.
Ensuite Sabrina Strong a repris l’interrogatoire.
Eric Briggs a déclaré qu’il a été chargé d’analyser les projections d’Arthur Erk liées au potentiel de revenus liés au travail de Michael Jackson.
Eric Briggs Conclusions:
1 – Il est spéculatif quant à savoir si ces projets seront achevés.
2 – La projection et le nombre sont de nature spéculative.
Sabrina Strong a fini son interrogatoire ensuite c’est Brian Panish l’avocat de Katherine Jackson qui a fait le contre-interrogatoire.
Eric Briggs a dit qu’il est engagé dans cette affaire comme témoin expert d’AEG et O’Melveny & Myers.
« Je propose mon opinion indépendante dans son affaire», a déclaré Briggs. En tant qu’individu, il n’est pas payé.
Brian Panish a demandé si son entreprise était payée, et l’expert a dit FTI Consulting a facturé ses honoraires dans cette affaire.
Brian Panish: « Vous êtes payé par ce côté-là (par sa société), monsieur? »
Eric Briggs: « Je ne suis pas d’accord avec votre qualification »
Brian Panish : « Vous n’avez jamais travaillé pour nous? ».
Eric Briggs : « Je n’ai pas effectué de travaux sur cette affaire pour Mme Jackson et son cabinet d’avocat, Panish law firm ».
« Je suis engagé dans cette affaire en tant que témoin expert », a réagi Eric Briggs. «Mon entreprise a été engagé par AEG et O’Melveny & Myers », ajoute-t-il.

Brian Panish: « Donc, vous n’êtes pas indépendant? ».
Eric Briggs: « Je ne suis pas sûr de comprendre où vous voulez en venir ».
Eric Briggs a dit qu’il a eu entre 4 et 6 rencontres avec les avocats d’AEG Live au cours des deux dernières semaines.
L’expert a dit qu’il a travaillé environs 40à 50 heures depuis le 18 juillet. Il a dit qu’il est allé au bureau de l’avocat 5 jours la semaine dernière, ainsi que 2 jours de cette semaine.
Eric Briggs a déclaré qu’un autre membre de son entreprise (Matthew) l’aide dans cette affaire.
Matthew travaille avec la société depuis environ un an et Brian Panish a dit que c’est celui qui a fait une grande partie du travail.
Eric Briggs a déclaré que la description de Brian Panish comme quoi Matthieu a travaillé le plus dans ce cas est préoccupante.
Brian Panish : « De combien, monsieur, avez-vous facturé O’Melveny et Myers ?. »
Eric Briggs a déclaré que la facture totale est de l’ordre de 600.000 $ à 700.000 $.
Brian Panish: « Et vous dites que vous êtes indépendant, exact? ».
Eric Briggs: « Je propose mon opinion indépendante sur cette affaire ».
Eric Briggs a déclaré qu’il avait compris qu’il y a une autre personne engagée par AEG Live pour témoigner en ce qui concerne les dommages et intérêts dans cette affaire.
Brian Panish a déclaré que l’expert a témoigné dans sa déposition qu’il avait travaillé 130 heures sur cette affaire.
Depuis sa déposition, Eric Briggs dit qu’il a travaillé environ 200 heures supplémentaires, 350 heures au total.
Brian Panish a montré au témoin la facture envoyée par la société de Briggs. Elle ne détaille pas le travail effectué, seul le nombre d’heures passées sur l’affaire.
Brian Panish: « Avez-vous gardé une trace de vos heures de travail? ».
Eric Briggs : « Oui, je dis à mon assistant combien d’heures j’ai travaillé sur un cas ».
La facture montre : 17,3 heures de travail, frais de 13 840 $.
Eric Briggs dit qu’il ne sait pas précisément ce qu’il a faisait à ces heures, mais il a fait des recherches dans le cadre de l’affaire, la préparation de la déposition.
Brian Panish montre au jury un classeur de documents de 5 cm haut qu’Eric Briggs avait compilés de son travail et il a demandé à Eric Briggs si c’étaient tous les documents qu’il générés pour 650.000 $.
Certaines de ces notes étaient en rapport avec des données du score « Q » qu’il a expliqué hier, d’autres étaient des articles de presses, des notes mais pas plus grand qu’un pouce (2cm plus ou moins).
Briggs a dit que le classeur ne contenait pas tout son travail.
Brian Panish : « Tout le contenu de ce petit fichier est-il ce que vous avez généré dans cette affaire, vrai ? ».
Eric Briggs : « selon votre définition, oui ».
Brian Panish a dit que le matériel d’Eric Briggs produit est d’une valeur d’un pouce ( 1 pouce = 2,54 cm ) de documents.
Eric Briggs a déclaré que si Brian Panish définit en terme de papier imprimé ce qu’il a généré, alors oui. Mais si il compte les dépositions et les témoignages, alors non.
Brian Panish: « Avez-vous déjà fait une liste de toutes les dépositions que vous avez examinés dans cette affaire ? ».
Eric Briggs: « Je n’ai pas mis en place une liste exhaustive ».
Eric Briggs a dit qu’il a lu des milliers de pages de dépositions, probablement 10.000 pages.
Brian Panish a demandé si Eric Briggs a fait des résumés des dépositions. Il a dit que non.
Briggs a examiné entre autre le témoignage de nombreux autres experts dans l’affaire, ainsi que ceux de Randy Phillips et Paul Gongaware. Eric Briggs a dit qu’il avait passé en revue 15 dépositions mais que durant son témoignage il s’est rappelé qu’il en avait lu d’autres.
« Je ne peux pas vous donner une liste exhaustive de toutes les dépositions que j’ai revu dans cette affaire, » a déclaré Briggs. Il cite 15/16 personnes.
Eric Briggs a déclaré qu’il a examiné les déclarations d’ouverture des deux parties, le jugement sommaire et l’opposition et la décision du juge.
Eric Briggs dit qu’il a seulement témoigné une fois au Royaume-Uni en lien avec une affaire fiscale. Il n’a jamais comparu devant un tribunal aux Etats-Unis.
L’expert n’a pas résumé les témoignages au procès qu’il a lu non plus. Il a nommé environ 7 personnes de qui il a lu le témoignage.
Brian Panish: « Avez-vous examiné le Billboard Magazine sur cette affaire? ».
Eric Briggs: « Oui ».
BrianPanish: « Vous n’avez jamais fait la promotion d’un concert, n’est-ce pas ? ».
Eric Briggs: « Je ne suis pas un promoteur de concerts ».
Eric Briggs a également dit qu’il n’a jamais produit de concerts. Les personnes de l’industrie de la musique sont ses clients, a dit Eric Briggs.
Brian Panish: « Et l’album le plus vendu dans au monde c’est “Thriller, exact? ».
Eric Briggs : « Je crois que c’est correct. Le diagramme a dit qu’il a vendu 65 millions ».
Brian Panish : « Vous comprenez que la défense disent qu’ils ne sont pas responsables de quoi ce soit dans cette affaire, correct ? ».
Eric Briggs: « Je ne suis pas entièrement sûr de ce que les accusés ont déclaré qu’ils sont responsables de cela ».
« Je ne crois pas que la défense admettent qu’ils doivent quelque chose », a déclaré Eric Briggs.
Il a dit qu’il a été invité à donner son avis sur l’analyse des dommages des plaignants.
Brian Panish: « Michael Jackson n’aurait pas gagné d’argent dans le futur, s’il n’était pas mort? » .
Eric Briggs: « Mon opinion est qu’il est hasardeux de prévoir qu’il (Michael Jackson) aurait pu gagner de l’argent lié au travail ».
Brian Panish : « Votre avis, si Michael Jackson n’était pas mort, il n’aurait pas gagné d’argent, correct ? »
Eric Briggs : « Ce n’est pas mon avis ».
Brian Panish: « Combien aurait-il fait de son travail dans les concerts? ».
Eric Briggs : « Mon avis est qu’il est spéculatif de projeter des revenus pour les travaux futurs ».
Brian Panish: « Aurait-il pu se faire de l’argent de son travail? ».
Eric Briggs: « Bien sûr, tout est possible ».
Eric Briggs : « Mon avis c’est de rapporter à l’analyse de M. Erk, qui a la capacité en lui de gain ».
Eric Briggs dit que sa compréhension est que la future capacité de gain est ce que quelqu’un devrait recevoir pour les travaux futurs.
Brian Panish a demandé si Briggs avait déjà témoigné au sujet de la perte de revenus dans une affaire de mort injustifiée ou en de cas de préjudice corporel. L’expert a dit que non.
« Je n’ai pas fait la projection de perte de capacité de gain », a déclaré Eric Briggs.
Eric Briggs a dit qu’il a travaillé une moyenne de 50 semaines par an au cours des 15 dernières années. Brian Panish a calculé que cela pouvait être environ 750 semaines de travail.
Brian Panish: « Donc vous avez travaillé sur 1.300 projets en 750 semaines? ».
Eric Briggs: « Environ ».
Brian Panish a montré un document que Briggs a écrit qui a servis de base pour l’opinion sur le fait qu’il n’y avait pas contrat pour la publicité en lien avec la dette.

Notes de Eric Briggs : Défis avec les principaux annonceurs compte tenus de l’histoire (consommation de drogues, les accusations à son égard, contentieux, dette) ; ainsi que la publicité négative.
Eric Briggs: « l’Historique de Michael Jackson d’une dette importante a figuré dans mon opinion que Michael Jackson auraient eu des difficultés à obtenir des contrats de publicités ».
Brian Panish a demandé si Eric Briggs a pris en considération le catalogue ATV Sony de Michael Jackson, qui est un de ses actifs, afin de compenser la dette.
Brian Panish: « Comment savez-vous qu’il était endetté? »
Eric Briggs: « Il y a eu de nombreux témoignages dans cette affaire sur la dette de Michael Jackson ».
Brian Panish a demandé si Eric Briggs sait que Michael Jackson disposait de capitaux (actifs) ayant de la valeur.
Eric Briggs a répondu oui.
Brian Panish a demandé si Eric Briggs il savait que l’actif de Michael Jackson, et en particulièrement un, excédait le montant de sa dette.
Eric Briggs dit qu’il est lié par un accord de confidentialité pour répondre à cette question.
Brian Panish : « Vous savez, par le biais de vos propres connaissances, que les actifs de Michael Jackson ont largement dépassés ses dettes quand vous l’avez écrit sur papier, n’est-ce pas Monsieur ? ».
Le juge s’est fâché contre Sabrina Strong qui n’arrêtait pas de faire des objections, je juge lui a dit de se conformer à ses décisions. Strong a continué, le juge a demandé une sidebar.
Eric Briggs a déclaré qu’il ne savait pas que Michael Jackson avait un actif de plus de 300 ou 400 ou 500 millions quand il a écrit son opinion.
Eric Briggs a déclaré n’avoir eu connaissance que de certains des actifs de Michael Jackson.
Brian Panish: « Avez-vous la valeur de cet actif (le catalogue de Sony)? ».
Eric Briggs: « Oui ».
Brian Panish: « C’est bien au-delà de 500 millions de dollars, n’est-ce pas, monsieur? ».
Eric Briggs: « Je suis désolé, je vais avoir un problème ici, mais je ne peux pas divulguer une information confidentielle ».
Brian Panish a demandé si la valeur brute que Eric Briggs mis pour le catalogue de Sony est bien au-delà de la valeur de la dette de Michael Jackson.
« Je ne me souviens pas du chiffre », a déclaré Eric Briggs. «Je ne croyais pas que ce soit le cas, »ajoute-t-il.
Eric Briggs : « Je crois que le témoignage la dette liée au catalogue de Sony ATV était de 400 millions $ ».
Brian Panish veut savoir si la valeur brute du catalogue était supérieure à la dette.
Eric Briggs a dit que non.
Eric Briggs a déclaré qu’il a effectué l’évaluation du catalogue Sony plusieurs fois, et sa réponse était liée à Juin 2009.
Eric Briggs a dit qu’il travaillait avec quelqu’un sans aucun lien avec cette affaire au sujet la valeur du catalogue Sony.
Eric Briggs a demandé au juge de lui demander sur quoi il devait répondre, depuis que Brian Panish veut savoir avec qui il travaillait en ce qui concerne le catalogue.
Brian Panish: « Avez-vous un conflit d’intérêts dans cette affaire? »
Eric Briggs: « Non ».
Brian Panish : « Avez-vous été clair au sujet de votre entreprise à témoigner? »
Eric Briggs : « Absolument ».
Eric Briggs a déclaré qu’il n’était pas à l’aise pour divulguer les noms des entreprises qui l’a engagé avant.
Le Juge Yvette Palazuelos lui a ordonné de répondre.
Eric Briggs: « Dans ce cas particulier, un cabinet d’avocats nous a engagé. C’était à la fin de 2009, après que Michael Jackson soit décédé.
Brian Panish a demandé si avant la mort de Michael Jackson une entreprise a engagé sa société afin d’évaluer les actifs de Michael Jackson.
Eric Briggs a déclaré qu’il ne se souvient pas.
En ce qui concerne cet actif, le catalogue Sony ATV, Eric Briggs a déclaré qu’il a travaillé sur son évaluation entre 5 et 10 fois.
Eric Briggs a dit qu’il a donné son opinion dans ces engagements de 5 à 10 fois, avant la mort de Michael Jackson à 3 ou 4 tiers différents. »
Panish: «Et l’un d’eux était Sony? »
Eric Briggs: « Oui »
« Sony ATV Music Publishing est l’une des entreprises, et non Sony Music, », a précisé Briggs.
Fortress Capital : Eric Briggs a déclaré que c’était une autre société. Il se rappelle d’un cabinet d’avocats et peut-être des sociétés financières.
Brian Panish: « Goldman Sacks? ».
Eric Briggs: « C’est possible, je travaille sur des centaines de projets par an ».
Brian Panish: « Goldman Sacks vous a engagé concernant Michael Jackson, non monsieur? ».
Eric Briggs: « Je ne me souviens pas précisément ».
Eric Briggs n’a jamais réalisé un audit pour une maison de disques.
Eric Briggs a dit qu’il a regardé le témoignage de Meglen dans la salle d’écoute. Il était accompagné de 3 avocats d’AEG live.
Brian Panish a demandé si Eric Briggs a travaillé avec Michael Jackson avant d’être retenu dans ce cas. Il a dit oui et qu’il a discuté avec AEG.
Eric Briggs a déclaré AEG n’a pas vu le travail effectué dans les engagements précédents comme étant un conflit d’intérêt.
Eric Briggs a déclaré que ce qui était plus important pour lui est ce que l’avocat général de la FTI Consulting a pensé et ils ont déterminés qu’il n’y avait aucun conflit d’intérêts.
Eric Briggs a dit qu’il a eu des accords d’engagement avec un certain nombre d’entités liées à Michael Jackson.
«Je suis allé un peu plus loin et ils (AEG) ont dit que je ne discuterais pas de tout ce qui concerne mon autre travail», a déclaré Eric Briggs.
Brian Panish : « Qui vous a appelé, avez-vous signé une décharge par écrit au sujet d’un éventuel conflit d’intérêts ? ».
Briggs a dit qu’il n’avait rien par écrit.
« Mon souvenir était que c’était les avocats de la succession de Michael Jackson », a déclaré Eric Briggs. Selon lui, il y a eu un appel, il ne sait pas qui a appelé.
Eric Briggs a été retenu le 8 Février 2013. Il a parlé avec Jeryll Cohen de l’Estate de Michael Jackson et elle lui a dit qu’elle est d’accord pour qu’il témoigne en tant que témoin dans cette affaire.
Elle savait très bien ce qui se passait et l’a approuvé. Eric Briggs dit qu’il lui a dit qu’il n’avait aucun intérêt à partager le travail accompli pour la succession.
Eric Briggs a dit qu’il a parlé avec Jeryll Cohen encore il y a environ deux mois, et elle a reconnu son travail sur cette affaire.
Eric Briggs reçoit un salaire et des primes en fonction des performances de la division.
FTI Consulting est une société publique cotée. Eric Briggs dit qu’il pense que la société avait près de 2 milliards de dollars de chiffre d’affaires l’an dernier.
Eric Briggs a témoigné qu’il a vu le témoignage que Michael Jackson avait une semaine à vivre après le 25 Juin 2009, le jour de la mort de l’artiste.
Brian Panish a déclaré que le Dr Shimelman a témoigné que l’espérance de vie de Michael Jackson était d’une semaine sur la base du traitement que le Dr Murray lui donnait.
Eric Briggs: « Je crois que sa déclaration était que l’espérance de vie de Michael Jackson était d’une semaine, et il prenait en effet beaucoup de choses donné par le Dr Murray, plus l’usage de drogues.
Brian Panish: « Etes-vous conscient que l’IRS ( = le Fisc aux USA ) enquête sur les personnes qui vous ont engagés et qui ont sous-évalués le catalogue ATV Sony? ».
Objection: Soutenue.
Dr. Earley a déclaré Michael Jackson jouait essentiellement à la roulette russe dans la façon dont il se consommait les médicaments, a dit Eric Briggs.
Brian Panish: « le Dr Murray était un grand risque pour la santé de MJ, n’est-ce pas? ».
Eric Briggs : « Je n’étais pas concentré sur le risque, j’étais concentré sur un médecin évaluant un dossier après les fait ».
Brian Panish a demandé si le Dr Murray avait été un risque pour la santé de Michael Jackson.
Eric Briggs: « Il apparaît dans la détermination de son espérance de vie et Dr Shimelman a pris en considération le Dr Murray ».
Brian Panish : « Si le docteur Murray n’est pas dans la question, il n’y a aucun risque, juste, Monsieur ? ».
Eric Briggs: Il y a toutes sortes de risques, comme le risque de rechute, le risque lié à la manière dont il prend les médicaments.
Eric Briggs : « Ce n’est pas mon opinion, je ne suis pas médecin, je comptais sur le témoignage du Dr Shimelman (environ une semaine à vivre)».
La note d’Eric Briggs de ce le Dr. Shimelman dit : « …il pouvait mourir n’importe quelle nuit. »
Briggs : « Dr. Earley a dit que la manière dont Michael Jackson prenait les médicaments c’était comme jouer à la roulette russe ».
Brian Panish : « N’est-ce pas vrai que le Dr Earley blâmait Michael Jackson pour sa dépendance aux médicaments ? ».
Eric Briggs : « C’est ce que je me rappelle du témoignage ».
Eric Briggs: « On m’a demandé d’évaluer les résultats prévisionnels, pas le blâme ».
Eric Briggs: « Pour un profane, le témoignage de M. Earley disant que Michael Jackson jouait à la roulette russe parle de l’espérance de vie ».
Brian Panish a dit que le Dr. Earley n’a pas été invité à donner d’avis sur l’espérance de vie de Michael Jackson. Eric Briggs a lu la déposition de Dr. Earley’s et est ce qu’il a lu.
Eric Briggs: « Juste pour être clair, je ne peux pas évaluer l’espérance de vie de quiconque ».
Eric Briggs a déclaré qu’il comptait sur l’avocat d‘ AEG live pour lui donner tous les documents pertinents relatifs ou il a été invité à donner son avis.
L’expert a dit qu’il n’avait pas examiné le rapport d’autopsie de Michael Jackson, car il n’a pas la capacité de le lire.
Eric Briggs a déclaré que l’un des experts qu’il a passé en revue a déclaré l’actuaire normale ne s’appliquait pas à la vie et aux comportements de Michael Jackson.
Eric Briggs s’est appuyé sur le témoignage de Dr. Earley. Il était incapable de donner un avis sur l’espérance de vie de Michael Jackson parce qu’il n’a pas été embauché pour cela.
Dr Shimelman dit que si le Dr Murray serait resté dans le circuit, Michael Jackson vivrait seulement maximum une autre semaine.
Dr. Schnoll dit que Michael Jackson aurait pu être traité par un médecin apte et compétent et que cela aurait supprimé le risque.
Eric Briggs: « Dr. Shimelman a déclaré une espérance de vie d’une semaine, je ne sais pas comment quelqu’un dans ce cas pourrait faire des représentations pendant 9 mois ».
Brian Panish: « AEG live a pensé que Michael Jackson pouvait faire 50 shows, n’est-ce pas, monsieur? ».
Eric Briggs : « AEG live avait un plan pour 50 shows, ils avaient un budget de 50 shows, ils étaient intéressés pour faire 50 shows ».
Brian Panish a demandé qui était le plus compétent dans les concerts, Eric Briggs ou Paul Gongaware. Briggs a répondu que cela dépendait de l’aspect de l’entreprise.
Brian Panish: AEG live ne vous a jamais engagé pour voir si les shows allaient se faire ou non ? »
Eric Brigss: AEG Live ne m’a pas m’engagé avant Février de cette année.
Brian Panish : AEG Live vendait-il frauduleusement des billets pour les shows ?
Eric Briggs : « Je ne peux pas vous donner un avis sur cela, je ne suis pas un expert en matière de fraude ».
Eric Briggs: « Si j’avais été engagé, j’aurais donné mon avis comme quoi c’était de la spéculation que de dire que les 9 mois auraient été achevés ».
« Il est apparu qu’ils (AEG) croyaient que les shows seraient allés de l’avant», a déclaré Eric Briggs.
Brian Panish lui demandé si AEG live l’avais engagé seulement 3 ans et demi après que Michael Jackson soit décédé .
Eric Briggs a répondu oui.
Brian Panish « Live Nation vous ont il engagés pour évaluer les concerts et leurs faisabilités ?
Eric Briggs : « non ».
Demain suite et fin du témoignage de Eric Briggs. Demain les avocats vont rencontrer le juge pour discuter de l’issue du procès. Cela devrait être une journée complète de procès.
Prochain témoins potentiel Randy Jackson via déposition vidéo, Michael La Perruque (ancien chef de la sécurité de Michael Jackson), Debbie Rowe et Rebbie Jackson.
Sources: Anthony Mc Cartney (AP) et ABC7 Court Neuws (@ABCcourts ).

Compte-rendu réalisé par Jadzzia « Carine » pour le MJBackstage

0 Commentaires

Laisser une réponse

CONTACT US

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

©2020 MJBackstage - Fan Club Belge de Michael Jackson - All rights reserved

Site réalisé par l'équipe du site Michaelizer

LES AMIS DU MJBACKSTAGE

ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?