Leaving Neverland – Lettre ouverte

2e5eb583-eae9-4dd9-9a75-f9b524eae0b4

A quelques jours de la diffusion en Belgique du film « Leaving Neverland » par la chaîne de télévision flamande Canvas (groupe VRT), le MJBackstage, fan club et magazine sur Michael Jackson, tient à réagir.

Nous nous étonnons en effet qu’une chaîne publique soutienne la diffusion d’un film, présenté comme un documentaire, qui respecte aussi peu la déontologie qu’impose ce type de format…et ce type d’accusations. Leaving Neverland se veut unilatéralement contre Michael Jackson et ne présente absolument aucune opposition aux propos tenus par Wade Robson et James Safechuck, les deux acteurs principaux de ce film. Le film de Dan Reed ne contient que des éléments mis bout à bout pour construire tout un discours laissant penser que le chanteur est coupable. Sans aucun élément de preuve.

Film volontairement à charge

Le producteur a volontairement omis d’intégrer les très nombreux témoignages de personnes –comme Macaulay Culkin, Emmanuel Lewis, Corey Feldman, Brett Barnes, qui, lorsqu’ils étaient enfants, ont fréquenté Michael Jackson de très près, à Neverland. Or, tous affirment que rien de répréhensible ne s’est jamais produit. Le documentaire passe aussi sous silence les investigations menées pendant plus de 10 ans par le FBI (qui ont été rendues publiques) ainsi que toutes les enquêtes qui ont suivi les affaires et le procès de 2005 à la suite duquel Michael Jackson a été innocenté.

Le film Leaving Neverland ne donne pas non plus la parole aux observateurs, aux journalistes ni aux spécialistes qui ont pu témoigner en faveur du Roi de la Pop. Or ils sont nombreux, y compris parmi les journalistes, à avoir conclu à l’innocence de Michael Jackson. C’est par exemple le cas de la journaliste Aphrodite Jones qui, après avoir écrit sur la culpabilité présumée de la star pendant des années, s’est rendue compte de son innocence (elle a d’ailleurs écrit un livre très fouillé sur ce sujet).

Informations démenties avant diffusion

Certes, les propos tenus dans le film Leaving Neverland sont particulièrement détaillés et choquants. Sont-ils pour autant vrais ? Ou servent-ils à appuyer et crédibiliser une thèse mensongère ?

Un exemple : Wade Robson utilise dans le film Leaving Neverland, le nom d’un autre garçon ayant côtoyé Michael Jackson dans les années 1990. Il s’agit de Brett Barnes. Wade Robson prétend que Barnes l’a « remplacé » comme victime de Michael Jackson, affirmant que ce dernier aurait été une autre « victime » de Jackson. Mais Brett Barnes nie catégoriquement tout acte déplacé par Michael Jackson et continue de clamer l’innocence de la star. Il s’insurge d’ailleurs d’avoir été évoqué dans un film calomnieux et soutient n’avoir jamais été consulté.

Au-delà du fond de l’affaire, le MJBackstage constate avec regret que la plupart des médias, belges comme étrangers, présentent les témoignages de Robson et Safechuck sans aucune mise en perspective. Sans aucun travail de vérification pourtant fondamental pour que la presse continue à jouer son rôle.

Femme de chambre déjà condamnée

Le MJBackstage regrette aussi que les médias laissent la parole totalement libre à n’importe quelle personne ayant croisé le chemin de la star. Par exemple Adrian McManus, une ex-femme de chambre de Neverland qui tient des propos salaces à souhait sur la star. Alors qu’ils ne correspondent pas à la réalité des enquêtes menées à Neverland. Et que cette dernière a, bien avant de témoigné, été licenciée par Jackson pour vol et condamnée, à deux reprises, pour tentatives d’extorsion et chantage à l’encontre de la star elle-même.

Innocenté par la justice, jugé coupable par les médias

Le MJBackstage regrette que lorsqu’il s’agit de Michael Jackson, les médias se précipitent sur des informations croustillantes et condamnent la star avant même d’analyser le contexte et la crédibilité des propos de certains « témoins ». Parce qu’ils ont connu Michael Jackson, ce que disent Robson et Safechuck est-il forcément vrai ? Pourquoi n’apportent-ils aucune preuve dans leur « documentaire » ? Les seuls témoignages filmés de deux personnes qui ont modifié leur version des faits au cours des années sont-ils plus crédibles que les enquêtes du FBI, des services californiens (dont celui de la protection de l’enfance et des familles) et qu’un procès long de plusieurs mois devant la justice américaine ?

Pour toutes ces raisons, nous jugeons scandaleux qu’une chaîne publique comme la VRT diffuse le film Leaving Neverland dans le seul but de faire de l’audience, sans respecter les règles déontologiques les plus basiques : mise en perspective, mise en contexte, vérifications. Et il est tout aussi regrettable que des journalistes belges offrent à ce film une visibilité sans analyse, sans challenger les deux acteurs, sans étudier leur passé, sans prendre la peine de mettre leurs propos en contexte. Et donc… sans respecter leurs lecteurs, auditeurs et spectateurs.

Notre équipe se tient à la disposition des journalistes qui souhaitent avoir plus d’informations. Et vous encourage vivement à suivre les informations partagées par le collectif international francophone MJFactuel (web + Facebook)

L’équipe du MJBackstage

mjbackstage@gmail.com

www.mjbackstage.be

0 Commentaires

Laisser une réponse

CONTACT US

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

©2019 MJBackstage - Fan Club Belge de Michael Jackson - All rights reserved

Site réalisé par l'équipe du site Michaelizer

LES AMIS DU MJBACKSTAGE

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account