Siedah Garrett : “en studio Michael me lançait des pop-corns”

Siedah Garrett que les fans connaissent, entre autres, pour son duo I Just Can’t Stop Loving You avec Michael apprécie le MJBackstage magazine depuis plusieurs années. Elle nous avait fait parvenir un beau message pour notre soirée 1958 et, avant cela, nous avait accordé une interview. Nous sommes heureux de partager avec vous l’interview qu’elle nous a accordée voici deux ans, à l’occasion de la sortie de Bad 25… Ainsi que quelques photos qui parlent d’elles-mêmes. Merci Siedah pour ton soutien continu !

MJB. On vous connaît essentiellement pour votre duo sur I Just Can’t Stop Loving You. Comment était-ce de travailler avec lui en studio ?

Siedah. Musicalement, Michael était la personne la plus perfectionniste et la plus professionnelle que je connaisse. Pourtant, il restait très humble et a su me mettre très à l’aise. Il avait un caractère très taquin. Alors qu’on était au studio en train d’enregistrer notre duo, par exemple, il s’est mis à me lancer des pop-corns au visage pour me faire rater ma partie. Quincy Jones qui n’avait pas vu ce que Michael venait de me faire, a commencé à me charrier parce que j’avais raté ma prise. Michael, lui, était mort de rire.

Pouvez-vous nous expliquer en détails votre travail sur I Just Can’t Stop Loving You ?
J’avais travaillé en studio avec Michael, Quincy & Bruce Swedien sur Man in The Mirror, mais au final, ils ont décidé d’ajouter une chorale gospel à la chanson. Quelques jours plus tard, je suis revenue au studio pensant qu’on finirait de travailler la chanson ce jour-là. Mais la chorale n’était pas là. Pensant que Michael & Quincy n’étaient pas encore prêts, je me suis assise dans le fond du studio et j’ai patienté. Une chanson était en train d’être jouée et Quincy m’a demandé « Que penses-tu de cette chanson Sid, tu aimes ? » J’ai répondu que je la trouvais jolie et Quincy m’a demandé si je pensais pouvoir la chanter. J’ai évidemment dit que oui. Quincy nous a alors poussé, Michael et moi dans le studio. Michael m’a suivie dans le salle d’enregistrement et j’ai vu le titre de la chanson I Just Can’t Stop Loving You sur le pupitre. A côté des couplets étaient inscrit « Siedah », « Michael », « Siedah »,  « Michael ». C’est à ce moment-là que j’ai réalisé que j’allais enregistrer un duo avec Michael Jackson!

Ne vous avaient-ils pas fait écouter une démo de la chanson avant ? Une version avec la seule voix de Michael ?
Non. Je crois qu’ils avaient d’abord demandé à une grande star féminine de faire le duo avec Michael mais cela n’a pas été possible. Et vu que je faisais partie du label de Quincy, j’ai eu la chance que ça tombe sur moi.

Combien de temps l’enregistrement de la chanson a-t-il pris  ?
On a mis une journée à enregistrer la version en anglais. Puis ensuite, cela nous a pris une semaine à apprendre et à enregistrer les versions en français et en espagnol. MJ était un perfectionniste. Il essayait de faire en sorte que chaque prise soit meilleure que la précédente.

Existe-t-il une version plus longue de la chanson ? Des versions différentes avec d’autres couplets, d’autres ad libs ou paroles ?
Je suis sûre qu’il existe d’autres ad libs, mais la version que vous connaissez est l’originale avec les paroles originales qu’il a écrites.

Comment l’idée de faire une version en espagnol est-elle venue ?
Je crois que c’était l’idée de Quincy de traduire la chanson en plusieurs langues, et de les enregistrer.

J’imagine que ni vous ni Michael ne parliez espagnol, comment avez-vous fait pour enregistrer cette version ?
Quincy avait appelé Ruben Blades pour traduire la chanson et il nous a aidé à la chanter.

Pouvez-vous nous en dire plus sur la version française Je Ne Veux Pas La Fin De Nous qui est très importante pour nous, fans francophones. Comment était-ce de travailler avec Christine Decroix et Michael ?
Au début c’était un peu bizarre d’apprendre à chanter en français avec Christine parce qu’elle avait un accent bruxellois, mais elle a été très patiente avec nous.

Savez-vous csiedahe que Michael pensait de ces versions en langue étrangère ?
Michael adorait enregistrer des versions différentes. Il essayait de les rendre aussi sentimentales que la version origi- nale en anglais.

Vous avez également écrit des chansons pour Michael comme Man In The Mirror. Pouvez-vous nous raconter l’histoire de cette chanson ? A quel point Michael s’est-il impliqué sur ce morceau et comment avez-vous travaillé ensemble dessus ?
Plusieurs compositeurs dont moi-même avions été conviés à un meeting chez Quincy Jones. Il avait besoin d’une chanson pour le nouvel album de Michael Jackson. J’étais vrai- ment enthousiasmée par cette immense opportunité. C’était avant l’enregistrement de I Just Can’t Stop Loving You. Le jour d’après, j’ai commencé à travailler sur ce projet avec mon nouveau partenaire Glen Ballard. On a allumé le synthétiseur, Glen s’est mis à jouer et j’ai commencé à fouiller dans mon cahier de chansons pour trouver l’inspiration. Je me souviens que deux jours auparavant, je composais avec John Beasley qui à l’époque était le directeur musicale de Sergio Mendes. On était en train d’écrire une chanson quand son téléphone s’est mis a sonné. Il a décroché et la conversation devenait longue. Je me suis assise en me disant « il me prend pour qui, sans gêne !».  Et d’un seul coup, je l’ai entendu s’exclamer «  The man ? What Man ? Oh, The man in the mirror ». J’ai aimé la manière dont ça sonnait, donc je l’ai écrit dans mon cahier de chansons. Assise chez Glen, feuilletant ce cahier, la phrase Man In The Mirror a surgi. Glen était en train de jouer un morceau qui allait devenir l’intro de la chanson. Et j’ai quasiment aussitôt commencé à écrire les 6 ou 7 premières lignes de la chanson. Je n’arrivais pas à écrire assez vite, les idées arrivaient trop vite. En à peine 20 minutes, on avait l’intro, le premier couplet et le premier refrain. On avait commencé le mercredi après- midi et le soir-même la chanson était terminée ! Quand on a eu fini, on s’est enlacé tous les deux. On savait qu’on venait de créer quelque chose de particulier mais on ne savait pas encore si Quincy et Michael l’aimeraient. Ou si même Quincy allait faire écouter la chanson à Michael. Le vendredi, on a enregistré une démo de Man In The Mirror.

Michael a-t-il exigé des changements dans la chanson ou apporté ses propres idées au morceau ?
Une semaine après avoir envoyé  la démo  à Quincy, il m’a appelé et m’a dit : « Michael l’adore, mais il veut que le pont dure deux fois plus longtemps et veut vraiment que tu… euh… ne quitte pas.. Michael dit que tu dois vraiment apporter le message.. attend une minute… »  Puis j’ai entendu une voix douce et aigue dire «  Bonjour… ». J’ai crié intérieurement : « Oh mon Dieu, Michael Jack- son me parle ! ».  Mais j’ai pu rester très calme au téléphone puis j’ai dit « Que puis-je faire pour t’aider, Michael ? »  (C’était avant l’enregistrement de I Just Can’t Stop Loving You, ndlr). Il a répondu : « J’adore la chanson et ta voix mais le pont est un peu trop court, si on le faisait durer plus longtemps ça donnerait plus de force à la chanson. »  Je savais que si je n’écrivais pas de super paroles à nouveau, Michael le fe- rait. Donc, je lui ai donné 5 phrases différentes et il a choisi « You better get it right while you’ve got the time, cause when you close your heart, then you close your mind. »

Pendant l’enregistrement de l’album Bad, avez-vous travaillé sur d’autres titres avec Michael ?
Non, seulement Man in The Mirror puis I Just Can’t Stop Loving You.

Vous avez enregistré la chanson Groove Of Midnight de Rod Temperton pour l’un de tes albums. Je crois que Michael l’avait également chantée. Avez-vous déjà entendu sa version ?
Oui, Rod avait écrit la chanson pour Michael et, par la suite, Michael l’avait enregistrée. J’ai beaucoup aimé sa version mais Michael pensait que cette chanson n’avait pas sa place sur l’album Bad. Par la suite, Rod l’a produite pour mon album sorti chez Warner Bros. A ce jour encore, on me demande d’interpréter cette chanson sur scène.

Par la suite, Michael a sorti son album Dangerous qui contient Keep The Faith. Pouvez-vous nous parler de cette chanson ?
Je voulais écrire une nouvelle chanson pour Michael Jackson qui contenait un message spirituel. Croyez-moi ou non, mais certaines personnes essayaient de m’en dissuader. Ils me disaient que je de- vais être heureuse d’avoir une de mes compositions dans un album de Michael Jackson et que je ne devrais pas essayer d’en obtenir une deuxième. Puis, il s’est avéré que Michael a adoré la chan- son Keep The Faith, et à nouveau, il m’a demandé de chanter les chœurs avec lui en studio.

Est-ce que Michael s’est impliqué dans l’écriture des paroles de Keep The Faith ?
Oui, Glen et moi avons écrit la chanson originale et Michael y a ajouté le pont.

Etes-vous restée en contact avec lui après l’époque Dangerous ? Lui avez-vous envoyé d’autres chansons ?
Non, après Dangerous je ne lui ai plus jamais envoyé aucune chanson.

Vous avez également travaillé avec lui sur scène, comment était- ce ?AUDR3829
Michael était un incroyable showman, il faisait attention à tous les détails concernant le spectacle. Il était strict mais avait également un grand sens de l’humour. Pendant le concert en Roumanie, à un moment, toute la musique s’arrête et tout le monde doit prendre une pose. Je me suis retrouvée à poser avachie vers l’avant, les fesses en l’air. Puis j’ai senti que Michael me donnait une fessée. Je me suis redressée, étonnée. Il savait que je ne m’y attendais pas donc il a rigolé de voir ma réaction puis s’est remis à danser. Quand je l’ai revu à la fin, il m’a demandé si j’étais gênée ou pas ?

Quels souvenirs garderez-vous de lui ?
Je garderai des souvenirs affectueux de lui. Je me souviendrai de lui grâce à l’héritage musical qu’il a laissé au monde, et par ses chansons qui m’ont inspirée pour mon album solo. Il contient d’ailleurs un hommage à Michael : ma chanson Keep On Lovin’ You.

Propos recueillis par Christophe Charlot pour le MJB
Traduction : Esther Gayte.

Cette interview a été publiée dans le magazine MJBackstage 2.5. Pour être sûr de ne rater aucune de nos exclusivités, abonnez-vous !

0 Commentaires

Laisser une réponse

CONTACT US

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

©2020 MJBackstage - Fan Club Belge de Michael Jackson - All rights reserved

Site réalisé par l'équipe du site Michaelizer

LES AMIS DU MJBACKSTAGE

ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?